Amadou Diallo, CNTG

 

Ce matin, l’axe Hamdallahi-Bambéto-Coza, le fief de Cellou Dalein Diallo, était en mouvement. Des véhicules et autres biens ont été endommagés par des jeunes qui s’y sont massés. Comme pour condamner ces actes, le secrétaire général de la Confédération des travailleurs de Guinée (CNTG) a précisé que la grève ‘‘n’est pas pour aller ni dans la rue, ni pour casser les biens d’autrui, elle veut dire tout simplement de rester à la maison et respecter une certaine discipline, qui consiste à avoir les résultats positifs relatifs à nos revendications projetées’’.

Par ailleurs, Amadou Diallo  a reconnu que la grille salariale déjà déposée au gouvernement depuis le 25 aout, comporte des insuffisances : ‘‘Après avoir fait des analyses très approfondies de la grille nous avons constaté qu’il y a des irrégularités et des anomalies. C’est pourquoi, nous  exigeons que cette nouvelle grille connaisse des aménagements compte-tenu des constats faits. Mais nous nous sommes dit qu’il faut des éléments de rechange. Il faudrait que nous donnions quelque chose de positif aux travailleurs en entendant le toilettage à l’interne. Tout ce que nous allons avoir comme pourcentage, va être transposé sur la nouvelle grille salariale qui sera prise en compte. C’est pour cette raison, que vous allez accepter avec nous, que la nouvelle grille de salaire qui est aujourd’hui en train d’être véhiculée sur toute l’étendue du territoire national ne va pas malheureusement pas être appliquée à partir du 1er  janvier 2015. Cela compte-tenu de ce que je viens de vous dire. Mais, l’élément de rechange, est de trouver des pourcentages importants, qui vont être remis au niveau de l’ancienne grille salariale en entendant que la nouvelle grille soit faite au plus tard le mois de juin 2015.’’

C’est donc dans cette logique que le gouvernement, selon le camarade Amadou Diallo, a fait ‘‘une proposition aux syndicats à hauteur de 30 % à compter du 1er juillet 2015, une proposition que nous rejetons. Nous leur avons dit que nous nous ne sommes pas d’accord sur les 30%. Et en plus, la date de son application est très loin. Donc, il s’agit de nous trouver un pourcentage très important qu’on pourrait obtenir pour remettre aux travailleurs en attendant que le toilettage soit fait’’.

Selon nos informations, le gouvernement hésite de ‘‘trouver un pourcentage très important’’ compte tenu de l’état actuel du pays miné par une épidémie sans précédent : ébola.

Cette épidémie qui a déjà affecté l’économie du pays a obligé le gouvernement de demander une aide budgétaire aux pays amis. La question ? Ces pays vont-ils accepter que l’argent de leurs contribuables aille dans ‘‘l’amélioration des conditions de vie des travailleurs d’autres pays’’ pendant que chez eux aussi les travailleurs se plaignent ? s’est interrogé un membre du gouvernement.

En plus, estime une source gouvernementale, ce n’est pas bien indiqué de demander une augmentation de salaire au moment où la communauté internationale nous aide à résoudre notre problème de santé. ‘‘C’est comme si cela ne nous préoccupait pas’’, nous lance-t-il.

Et last but not least, depuis 2010, le salaire du fonctionnaire guinéen est le plus souvent passé du simple au double voir tableau ci-dessous.

Aziz Sylla