Ils sont une trentaine à monter la garde devant les portes de la prison centrale de Conakry, ce lundi matin. 

Militants, sympathisants, alliés du Bloc libéral (BL) veulent rendre visite à leur leader, Dr Faya Millimono, incarcéré depuis vendredi dernier, pour avoir, lors d’un meeting, tenu des «propos diffamatoires» a l’endroit de l’actuel ministre par intérim en charge de la justice, Mohamed Lamine Fofana. 

Conseiller juridique dudit parti, Millimono Tamba Gaston explique leur présence à cet endroit : « Ce matin, nous sommes venus tout simplement rendre visite à notre leader, le Président Faya Millimono, qui se trouve à l’heure actuelle à la maison centrale ».

Il proteste par ailleurs, en disant que : « Il faut dire que nous sommes dans une véritable déception. Nous sommes dans un pays de dérapage. Nous savons très bien que sur le plan démocratique, nous avons certaines tares. Mais nous n’avons pas cru que les tares sont arrivées à ce niveau-là (…) Donc, nous pensons comme tout Guinéen, qu’il devrait y avoir la procédure légale normale sur le cas. Mais nous avons constaté un jeu politique, au lieu du jeu juridique. 

Toutes les visites sont interdites à Dr Faya Millimono, comme s’il n’était pas guinéen, comme s’il avait tué. On a vu des gens qui ont fait des déclarations pires que Dr Faya, qui marchent dans les rues de Conakry paisiblement. Pour cette déclaration, Faya, lui, passe toutes ces nuits en prison. On ne sait même pas dans quelles conditions il vit dedans. Qulqu’un qu’on a privé de droit de visite, c’est qu’une intention est cachée. C’est cette intention qu’on ne connaît pas ; c’est pourquoi nous sommes présents ici, pour dire aux uns et aux autres que Dr Faya ne devrait pas être là ».

Après avoir rendu visite à leur client, Me Faya Gabriel Kamano, l’un des avocats de Dr Faya, a fait savoir que : « Nous venons de la maison centrale, nous étions venu rencontrer notre client, Dr Faya Millimono. Le plus important est qu’il a le moral, il est combatif, nous espérons que les heures à venir, le juge d’instruction va l’entendre sur le fond. C’est tout ce que nous pouvons vous dire pour le moment. Il se porte bien ».

Quant à la sincérité des hommes de droit en charge du dossier, il a ajouté que : « Nous accordons le bénéfice de la bonne foi au juge qui est en charge du dossier. Nous accordons le bénéfice de la bonne foi, à monsieur le juge d’instruction et au procureur de la république. Nous sommes convaincus qu’ils vont seulement se soumettre à l’autorité de la loi ».

A rappeler qu’au moment où nous quittions les lieux, les militants étaient toujours là, à attendre pacifiquement une libération prochaine. 

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici