C’est dans les locaux du centre culturel franco guinéen, à Conakry, qu’en présence d’une foule accrochée à ses lèvres, que le conteur guinéen, Moussa Doumbouya, alias “Petit tonton” a interprété, le roman “le duel au fouet” de l’écrivain, Lamine Capi Camara.

Avec un savoir-faire qui impressionne, ce jeune interprète à lui seul, les personnages d’une histoire qui s’est déroulée dans l’ancien “Mandé”. Il fait ainsi vivre au public le récit, où pour la plus jolie fille du village “Djomanbanan”, “Fanta”, son fiancé, ‘‘Safrin Magassouba’’, fier, remet son mariage aux enchères à celui qui réussit à le battre au combat du “fouet”. Après six combats gagnés, contre d’autres adversaires, c’est au cours du dernier combat avec Karinka Keita de Niany, que le fiancé jamais battu, est battu par l’étranger.

Dans cette représentation épique, ‘‘Petit tonton’’, décrit le passé glorieux des hommes forts de l’ancien empire du Mali, où de par leur force, ces hommes courageux et vaillants, inspirent la crainte et l’admiration.

Accompagné de sonorités tantôt traditionnelles, tantôt modernes, usant d’actions lentes et rapides et de descriptions, ce scénario monologué, fait ovationner, à plusieurs reprises, les spectateurs qui se sont vus transportés dans cette histoire.

À la sortie, tous n’avaient qu’un mot à la bouche, “spectacle magnifique”.

Macka Traoré, commissaire général du festival de Fria “Fristival” témoigne : “franchement, le duel au fouet est un spectacle que j’ai vécu avec beaucoup d’enthousiasme et de plaisir.”

Il estime plus loin que : “le conte doit revenir, vous voyez ce que le conte est capable de nous faire vivre. Et nous donner beaucoup d’enseignements. Parce que ce qu’il dit là, il y a beaucoup de choses qu’on ne savait pas avant, mais que nous savons aujourd’hui.”

Enfin, il promet de se battre pour que le Fristival accueille ce “beau” spectacle qu’il vient lui-même de vivre.

Pour Séné Diallo : “celui qui a eu la chance de regarder cette représentation du duel au fouet, comprend tout de suite l’histoire du Mandingue et se rend compte que l’Afrique était organisée. Il faudrait que la nouvelle génération que nous sommes, essaye de mettre le complexe de côté et adopter la culture qui est la nôtre.”

À son tour, Aboubacri Bâ, directeur de CIS médias estime que: “la qualité de spectacle montre que c’est un spectacle bien travaillé avec beaucoup de professionnalisme. Petit tonton c’est un garçon très très talentueux, qu’on a toujours plaisir à voir. L’adaptation de ce texte, nous rassure une fois de plus de la créativité et le talent des artistes guinéens, symbolisé par cette représentation d’un très très haut niveau de Petit tonton.”

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici