Moustapha Naité à droite

Ce  30 Avril 2014,  Moustapha Naïté, ministère de la Jeunesse et de l’Emploi  Jeune était en conclave dans un Hôtel de la Capitale avec des partenaires au développement, pour plancher sur la feuille de
route 2014-2015 dudit ministère.

D’entrée de jeu, M. Moustapha Naité a déclaré qu’en Guinée, la moitié des habitants ont moins de  18 ans et que 35,3% ont entre 15 et 39 ans. Et d’ajouter : ‘‘ Le salariat ne concerne que 9 % des
Guinéens, plus de 70 % des travailleurs vivent du secteur informel qui est le secteur d’accueil des primo demandeur d’emploi. Selon  une enquête de l’AGUIPE  reprise dans la feuille de route, 72,1 pour cent des chômeurs urbains sont jeunes de 15 à 34 ans. En 2012, les deux tiers des chômeurs étaient des jeunes en quête du premier emploi.’’

Le chômage n’épargnerait pas les diplômés des Institutions d’Enseignement Supérieur. Par ailleurs, Conakry serait le lieu de concentration des activités de recherche d’emploi. Ici, le taux de chômage
au moment de l’enquête était de 68 pour cent pour les diplômés des Institutions d’Enseignement supérieur âgés de moins de 30 ans.

Se prononçant sur  le  contenu de sa feuille de route, M. Naité a précisé que ‘‘ces  programmes ne
prétendent pas donner une réponse définitive aux nombreuses interrogations que se posent les jeunes. Mais l’efficacité de notre action commune en faveur de l’emploi des jeunes, notre capacité à mobiliser les ressources nécessaires à la mise en œuvre de nos initiatives et au développement d’un partenariat efficace favoriseront la synergie d’action’’.

La réalisation des 18 projets contenus dans la feuille de route nécessiterait 141.651.441.000 GNF. Le gouvernement aurait déjà mobilisé 60 pour cent des besoins de financement.

Les partenaires au développement dont le PNUD sont satisfaits de l’entrevue avec le ministère de la Jeunesse. D’ailleurs M. Bertrand Cochery, ambassadeur de la France en Guinée a déclaré que ‘‘l’impulsion de Moustapha Naité a apporté une nouvelle vision sur la question de la jeunesse. C’est ce tissage qui  permet de renforcer le tissu social en Guinée. Pour nous, il est important d’avoir un interlocuteur. Nous sommes tous déterminés à aller avec vous que ce soit à Conakry ou en province’’

El Hadj Mohamed Koula Diallo