Depuis trois ans, la Guinée est restée clouée à une transition devenue lassante et coûteuse. Tout de ce qui est d’homme, ma foi, me paraît en avoir payé les frais. A chaque coup de force du pouvoir, en effet, l’opposition républicaine a guetté d’une patience de chasseur le moment de pouvoir jouer les reines capricieuses. Encore demeure-t-il que cette opposition trouvera toujours légitimement une raison à ses nombreux refus, mais au bout du compte, elle y reste toujours à ses déceptions, à ses peurs, aux désillusions et à ses nombreuses morts sans histoire. Dame Opposition, ouvre-donc l’œil, considère les faits pour ce qu’ils ont été et vas-y à cette assemblée.

C’est ma doléance, c’est mon cri de cœur ! Je choisis de l’adresser à l’opposition parce qu’au cœur du brouhaha politique, le bon sens est à crier à celui dont le lobe des oreilles est le plus ample. L’opposition peut et doit entendre ces mots. Quant à entendre sagesse, il lui appartient à elle seule d’en décider. Toutefois, je maintiens qu’elle doit y aller à cette assemblée pour des raisons que nous étalons ici et maintenant.

Parlement ouvert, l’opposition doit y prendre place maintenant pour permettre que justice soit rendue au sang qui crie à la justice. Ces politiciens devraient réfléchir à leur force de frappe selon qu’ils sont à l’intérieur ou en dehors de l’hémicycle. Elles sont légion ! les vies humaines tombées sous l’ire et l’ivresse de trois années de folies politiques, et qui s’impatientent qu’on leur fasse justice. Si tel que scandé, l’opposition tient tant à rendre justice à ces âmes violemment fauchées, je crois qu’elle a tout à gagner à y aller à cette assemblée nationale. Ne me sortez pas l’argument des voix qui, ma foi, fausseront le pas au muscle qui les a conquises in extremis.

Autre raison de siéger. Chaque guinéen est lassé de subir de ce climat lugubre et pesant qui plane sur la Guinée depuis trois ans. L’impact en est tel que nos législatives sont devenues un spectre au guinéen. Tout le monde en sursaute. On aimerait les voir bouclées une fois pour toute, mais à quand le sera-ce ? Insécurité, angoisse, stress, violence, mort, vraiment rien de digestible n’a entouré le processus électoral législatif. Dame opposition, en acceptant de siéger à cette assemblée, tu offres à la Guinée et aux guinéens de pouvoir respirer à nouveau un air pur, non incrusté d’éléments ‘’psychogène’’.

Vous serait-il un autre motif de siéger plus contraignant que l’histoire qui se dira sur votre compte ? En tant que leader d’opinion intervenant dans la conception et l’adoption des schèmes de perception du monde, vous devez à l’histoire guinéenne d’être des modèles. Votre humanité, vos rapports aux autres, à leurs préoccupations, à leurs angoisses, vos rapports à la République et à ses lois, vos communications et votre souci du peuple, seront mis à rude épreuve de l’évaluation populaire.

Allez-y donc à cette assemblée ou autrement, faites-nous trainailler une fois encore. Mais pour l’un ou pour l’autre des cas, sachez que le peuple ne sera pas toujours l’automate aveugle et soumis !

La vie nous place toujours devant des choix. Qu’ils soient de mineure ou de majeure importance, ces choix restent depuis des lustres le baromètre de la valeur morale et sociale de chaque être humain. Mandela et Charles Taylor y ont passé !

Zachariemills@gmail.com