Ce vendredi 30 novembre, l’heure était aux réjouissances, dans la sous-préfecture de Koundindé (Boffa), où la société Bel-Air Mining lançait officiellement l’exploitation de sa mine de bauxite. Tout allait si bien, jusqu’à ce que l’ambiance soit polluée par un discours inopportun de l’humoriste Benjamin  qui, en voulant faire les louanges du président de la République, à qui il promettait en son nom et en celui de ses camarades, un soutien indéfectible, a prononcé la formule indigeste de « troisième mandat ».

A l’évocation de cette expression, les oreilles se sont dressées, les visages se sont froncés et les fronts se sont plissés. L’atmosphère n’a été détendue que par la fin de la cérémonie officielle.

Mais au sortir de cette cérémonie, les ardeurs n’étaient pas calmées, un jeune de la localité, en apparence remonté, a crié à notre endroit en bon soussou : « Nous ne savions pas que cette cérémonie était politique et que c’était la campagne pour un troisième mandat. Nous ne sommes pas dedans ».

Il faut vraiment dire que l’on aurait pu se passer de ce discours qui montre une fois de plus un excès de zèle mal placé de ceux qu’on nomme « comédiens », et qui sont pourtant présents chaque fois que le président se déplace.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici