Le préfet de Boké, Hassan Sanoussy Camara a fait ce mercredi, 23 décembre 2020, une sortie musclée contre l’administration communale de la sous-préfecture de Dabiss dont le maire, Abdoul Goudoussy Manè.

Ce dernier est accusé d’avoir détourné des fonds destinés à la réalisation des projets des jeunes et femmes de sa juridiction géopolitique.

Le préfet a profité de la communication du président du comité d’appui à la gestion du FODEL (Fonds de développement économique local), Abdoulaye Niaissa qui tente de blanchir le maire incriminé sur la base de preuves.

Cette intervention du président du CAGF a été balayée d’un revers de main par le préfet Hassan Sanoussy Camara.

« Le Maire de Dabiss a trahi son serment et sa population. C’est un maire qui ne pèse pas. C’est dommage d’élire un  maire illettré. Il y a eu détournement parce que les fonds décaissés ne figuraient pas dans la Convention du CAGF. A Dabiss, le sous-préfet a été plus léger que le maire dont il a eu peur de la gueule», soutient le premier responsable de la préfecture de Boké.

S’adressant aux maires, sous-préfets, secrétaires généraux et receveurs communautaires, le préfet s’est également défoulé en public: «Préparez vos valises. On ne va jamais mettre à l’eau cette bonne foi du président Alpha Condé qui a tout fait et tout donné à Boké. Désormais, aucun franc ne sortira sans mon accord. Comme l’a dit le Chef de l’Etat, nous allons gouverner autrement.»

Promettant d’entamer une tournée dès la fin du mois de janvier 2020, M. Camara a promis de cogner dur.

Mais en attendant, il souhaiterait que la Prison Civile Pont de Fer soit prête et que dans les projets FODEL, la priorité soit donnée à l’emploi des jeunes et femmes car dit-il, «je suis fatigué d’éteindre le feu dans la rue».

Selon lui, « La commune rurale de Dabiss, à cause de sa mauvaise gestion des fonds FODEL, sort de ce CA avec une note de 0,0%.»

« Gouverner autrement », alerte le préfet, «signifie fermeté, rigueur. Le sentimentalisme doit disparaitre. On ne doit plus gérer avec l’état d’âme. On ne peut plus dribler notre vigilance».

Au regard de tous les manquements constatés, le préfet menace d’installer à Dabiss dès la fin du mois de janvier 2021, une délégation Spéciale conformément à la Loi.

Dans mes démarches, rassure M. Camara, «Le CAGF sera mon œil, mon pied, mon nez dans la gestion des fonds FODEL en particulier et des deniers publics en général. Nous devons être reconnaissants envers le président Alpha Condé qui a tout donné à Boké, sa ville natale».

Après les propos du préfet, le maire de Dabiss était visiblement très frustré.

Avec AGP