Dans le bras de fer qui oppose Cellou Dalein Diallo, président  de l’UFDG et  Bah Oury, son vice-président, la situation tend à s’enliser, avec les affrontements enregistrés la semaine dernière entre les partisans des deux camps.

Entre Cellou Dalein Diallo et Amadou Oury Bah, on est loin de la paix des braves. C’est le moins qu’on puisse dire, avec les affrontements qui ont eu lieu récemment entre leurs partisans, dans la banlieue de Conakry. Des incidents qui se sont produits à l’issue de meetings organisés par Bah Oury, dans des zones comme Bambeto. Une stratégie qu’il a entreprise, afin de rester proche des militants, notamment les jeunes. Ce, malgré son éviction du parti. Ces réunions de sensibilisation initiées par Bah Oury ne seraient pas du goût du camp adverse, dit-on. Ce qui fait que partout où de telles rencontres ont lieu, s’ensuit du grabuge. L’objectif serait d’empêcher M. Bah de véhiculer son message, soutiennent certains proches du vice-président. Dans le camp de Cellou Dalein Diallo, on feint d’ignorer cette série d’incidents. Comme cela n’avait aucune importance aux yeux du parti. Il faut rappeler que Bah Oury a été exclu du parti suite à une décision  prise le jeudi 04 février 2016, à l’issue d’une réunion extraordinaire du Conseil politique élargi aux députés de l’UFDG.  Depuis BAH Oury  a, conformément aux dispositions de l’article 51 alinéa 7 du règlement intérieur du parti, exercé son droit au recours interne. En se basant sur les dispositions statutaires notamment, les articles 14- 6 – 2 stipulent que « le Conseil Politique est chargé d’assurer l’exécution des décisions du Bureau Exécutif National ». Sans succès.

Alpha Amadou Diallo in L’Indépendant partenaire de guinee7.com