Ce jeudi 4 Aout à la Pharmacie centrale de Guinée, Dr Eugène Kaman Lamah, du projet ACCESS SMC/CRS, de la Directrice des programmes SPEAK UP AFRICA, a estimé qu’en « utilisant une moustiquaire et la combinaison Sulfadoxine- pryriméthanine associée à Amodiaquine, la protection contre le paludisme est garantie à cent pour cent. Même si un moustique qui a dans son sang le parasite du paludisme arrive à vous piquer, si vous avez déjà utilisé ces produits rien n’adviendra donc c’est l’un des avantages qu’ont ces produits.»

Cette déclaration est faite lors de la conférence de presse annonçant la mise en place de la stratégie d’une campagne de distribution de la chimioprevantion saisonnière du paludisme chez les enfants de 3 à 5 ans afin de réduire de 60 % des cas de paludisme durant toute l’année.

Le paludisme étant la première cause de mortalité en Guinée, le taux de prévalence, chez les enfants est à 44%. Selon l’EDS-MICS, les adolescents d’au moins de 5ans sont les plus qui hébergent le parasite du paludisme.

Initiée par le programme de lutte contre le paludisme, cette campagne consiste à approvisionner les hôpitaux en sulfadoxine- pryriméthanine (SP) et Amodiaquine (AQ) dans huit préfectures qui sont : Gaoul, Koundara, Mali, Tougué, Koubia, Dinguiraye, Siguiri et Mandiana.

Pour Dr Thierno Ibrahima Kourouma, directeur préfectoral de la santé de koubia : «Cela va nous permettre de réduire le taux de contagion chez les enfants. Imaginez une mère de famille qui a sa moustiquaire et qui a l’accès facile à ces produits, cela mettra son nouveau-né à l’abri d’une éventuelle commination dès l’âge de 3 ans. Donc je me réjouis de cette bonne nouvelle que je pourrais transmettre à la communauté de koubia.»

Cependant «en 2015, on avait offert gratuitement certains produits à la Guinée pour lui permettre d’éradiquer le paludisme mais nous constatons que ce ne sont pas ces médicaments qui sont distribués dans les centres de santé mais plutôt d’autres et, c’est très grave», dénonce Mme Marie Paule Fargier, directrice générale Pays de SIAPS.

Après la distribution gratuite des moustiquaires vient désormais la mise à disposition des deux produits dont l’efficacité s’est avérée incontestable. Ces produits sulfadoxine- pryriméthanine (SP) et amodiaquine (AQ) sont gratuits dans les centres de santé.

«Les enfants ne vont plus mourir du paludisme avec l’existence de ces produits parce que dès l’âge de 3 ans, ils pourront commencer à l’utiliser. Nous continuerons cette lutte et nous métrerons à l’abri 90% des nouveaux nés. Donc c’est un travail de marathon que nous suivrons jusqu’à atteindre nos objectifs », a lancé le Dr Timothé Guilavogui, coordinateur adjoint du programme national de la lutte contre le paludisme.

Cette campagne de CPS couvrira en totalité 431 034 enfants âgés de 3 à 5 ans dans les 8 discrets ciblés avec pour objectif d’atteindre 95% des enfants d’ici Octobre 2019.

A noter que la conférence de presse de ce jeudi a été organisée par la coordination du programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) en collaboration avec Catholic Relief Services et Speak Up Africa.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com

Publicités