La plupart des incendies enregistrés dans la capitale Guinéenne, sont liés à un court-circuit. Et dans la majeure partie des cas, les citoyens pointent un doigt accusateur sur EDG (Electricité De Guinée), la société en charge de la gestion du courant électrique dans le pays.

Face à ces multiples accusations, le responsable de la communication d’EDG a, au cours d’une ressente sortie médiatique, situé les responsabilités par rapport à ces incendies liés à des courts-circuits.

Selon Naby Camara, la responsabilité de sa société se limite aux poteaux ou aux compteurs installés chez les clients.  « … EDG n’installe pas chez les gens. Quand quelqu’un construit sa maison, ce n’est pas EDG qui va faire les installations au sien de sa maison. Il prend les électriciens à lui, qui font ses installations. La responsabilité d’EDG se limite au compteur si la personne est abonnée. Ou au branchement pour une bonne partie de nos abonnés qui sont au forfait, c’est-à-dire qui n’ont pas un compteur » a-t-il fait entendre.  

« Parallèlement à cela, poursuit-il, quand on voit une surcharge sur un poteau, des dégâts liés à un transformateur ou carrément à un disjoncteur, c’est parce que quelque part, les ménages surchargent aussi. Quand ils (les clients) viennent s’abonner, ils ne nous disent pas qu’ils ont besoin de 5 ampères, ils ne nous laissent pas entrer dans les maisons pour qu’on puisse mesurer la charge dont-ils ont besoin… Cela peut causer des dégâts aux installations électriques dans ces domiciles-là.

Par ailleurs, le responsable de communication d’EDG estime que « ce sont des réalités qui nécessitent la sensibilisation, de la pédagogie, parce qu’il faut que chacun comprenne que lorsqu’on construit une maison, on a une part de responsabilité de mettre le matériel qu’il faut. Et confier le chantier d’électricité aux professionnels et non à des amateurs ».

Mohamed Soumah pour Guinee7.com