Les journées portes ouvertes de la CBG (Compagnie des Bauxites de Guinée) à la presse nationale se sont poursuivie, ce jeudi 20 décembre, à travers une visite dans le complexe minier de Sangarédi où une projection a été faite sur la ” prise en compte du contenu local dans la mise en œuvre du programme de la biodiversité “. Avec ce programme de biodiversité, la CBG se donne ainsi l’obligation de suivre la faune et la flore tout en recrutant et en formant des jeunes ressortissants des villages affectés par son exploitation minière.

Selon le responsable intérimaire de la biodiversité à la CBG, Mamadou Lamarana Barry, un des objectifs de la compagnie est de réhabiliter toutes les carrières ouvertes, soit un hectare fermé pour chaque hectare ouvert. Et pour se faire la CBG a élaboré un plan stratégique de réhabilitation, un protocole de réhabilitation, des techniques spécifiques, la collaboration avec les TPE (Très Petites Entreprises), mais aussi et surtout la lutte contre l’érosion pouvant entraîner la sédentarisation des cours d’eau.

« En matière de protection de la biodiversité, nous essayons de nous conformer aux standards les plus élevés, notamment le standard n°6 de la SFI. Et il y a un document qui est en parfaite harmonie avec cette performance N°6, qui s’appelle le système de gestion de la biodiversité (BMS). Notre équipe est sectionnée en différents sous-groupes : Il y a la faune, la flore, la réhabilitation et la restauration écologique, l’inspection et la base de données pour le système d’informations géographiques », a expliqué Mamadou Lamarana Barry.

Parlant de quelques actions menées par son équipe sur le terrain, il a, entre autres, cité : « la réhabilitation de l’ancien tracé de la route COBAD, qu’on est en train de restaurer. Cet ancien tracé de COBAD, sa partie réhabilitable est d’hectares 13,5. Pour réhabiliter cette route, il nous a fallu travailler avec les communautés. La communauté nous a compris et de concert avec elle, nous avons procédé à la réhabilitation en fonction de la répartition régionale des espèces à planter. Par endroits, elles ont souhaité des anacardiers et autres endroits, nous avons demandé des espèces locales qui ont été acceptées. À ce jour, tous les 13,5 hectares ont été réhabilités et sont actuellement en suivi. »

Pailleurs la CBG, par le biais de ses cadres, a procédé au cours de la journée à une série d’inaugurations d’infrastructures notamment Kagnaka (Sangarédi) où un puits a été offert aux populations ; à Fofodôrô (Télimélé) où les habitants ont bénéficié d’une école de trois salles de classe, des latrines et un puits amélioré. Enfin, ils ont procédé à la remise des clés de la mairie de la commune rurale de Sangarédi dont la rénovation, l’équipement et l’extension ont été financés par la CBG.

À cette occasion, Habib Diallo, surintendant chargé des relations communautaires de la CBG a profité de la présence des autorités locales pour souligner qu’aucune infrastructure détruite par des soulèvements sociaux ne bénéficiera de l’assistance de sa compagnie.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici