Ce samedi 14 décembre, lors de l’assemblée générale hebdomadaire de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), l’honorable Fodé Oussou Fofana a informé les militants qu’ils ne sont pas concernés par la semaine nationale de la citoyenneté de cette année. Pour lui, le thème de cette année est une manière de montrer aux gens comment voter pour un troisième mandat.

Nous avons dit à M. Taran de la façon la plus correcte

“Nous avons reçu la visite du ministre de la Citoyenneté, M. Taran. Il était chez nous hier (vendredi 12 décembre 2019, NDLR) pour nous parler de la semaine de la Citoyenneté. Nous lui avons dit que la semaine approuve de voter et dire aux citoyens de voter. Puisque nous ne sommes pas d’accord avec ce processus, puisque les enfants ont été tués et ce gouvernement est prêt à changer la Constitution, nous avons dit à M. Taran de la façon la plus correcte que nous ne nous associerons pas à cette semaine de la citoyenneté et nous avons renvoyé ce qu’il a amené comme T-shirts et casquettes. On lui a dit qu’on en n’a pas besoin. L’UFDG ne s’associe pas à ça”, a expliqué Fodé Oussou Fofana aux militants du principal parti d’opposition.

La Guinée considérée comme un pays en danger

Avant de poursuivre : “vous n’êtes pas concernés par la semaine de la citoyenneté parce que ce qu’ils sont en train de faire aujourd’hui, c’est de vouloir faire la campagne pour le 3ème mandat. Ils voulaient pendant cette semaine, dire aux gens comment il faut voter pendant le référendum. La citoyenneté, c’est le respect des droits, c’est l’égalité entre tous les citoyens. Ce gouvernement a été absent quand les 125 jeunes ont été tués. On ne les a pas vus quand ils sont en train d’enrôler les enfants en Haute Guinée”, s’est-il justifié devant les militants.  

En faisant allusion à la visite de deux anciens présidents de la sous-région à Conakry, Fodé Oussou Fofana estime que “la Guinée est considérée comme un pays en danger”, c’est pourquoi “Nous avons reçu la visite de deux anciens chefs d’Etats. Ils avaient pour mission d’évaluer le processus électoral. Ils ont rencontré tout le monde”.

Si Dieu aime Alpha Condé…

“Quand nous les avons reçus à l’Assemblée nationale, nous leur avons passé votre message en disant que le problème c’est Alpha Condé. Hier (vendredi) ils ont rencontré M. Alpha Condé. Je suis convaincu qu’ils lui ont dit la vérité, parce qu’ils n’ont pas peur de dire la vérité à un chef d’Etat. Ils ont dit la vérité à M. Alpha Condé. Ce que nous souhaitons pour M. Alpha Condé (81 ans, NDLR), c’est d’accepter d’organiser les élections et quitter le pouvoir. Ce que nous souhaitons pour lui, c’est d’être comme Nicéphore Soglo (85 ans, NDLR) parce qu’ils ont à peu près le même âge. Après 40 ans de combat politique, nous attendons d’Alpha Condé d’accepter d’être un sage de l’Afrique, aller dans les différents pays pour prôner la paix et la démocratie. Si Dieu l’aime, c’est sur ce chemin que Dieu va le mettre. Et si Dieu ne l’aime pas, il va continuer dans son projet satanique de 3ème mandat”, a martelé Fodé Oussou Fofana.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199