Suite à la récente sortie de l’ancien ministre de la Citoyenneté, Khalifa Gassama Diaby, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, a exprimé son appréciation du personnage, au micro de nos confrères de la radio Espace FM, ce lundi 30 septembre.

Il a de prime abord estimé que : « J’ai toujours apprécié les prises de position de Monsieur Gassama Diaby, qui fait preuve d’une honnêteté intellectuelle irréprochable, même dans l’exercice de ses fonctions de ministre. Il était toujours à nos côtés lorsque nos droits étaient violés ; lorsque nos citoyens étaient assassinés, il était là, dans les morgues, dans les hôpitaux. Il ne manquait pas d’exprimer sa compassion et de condamner, dans les formes appropriées, ces crimes qui étaient commis contre des citoyens guinéens. Ça ne m’étonne pas qu’il ait démissionné du gouvernement, parce qu’un homme comme ça n’a pas place dans le gouvernement, malheureusement ! »

Avant d’expliquer, par ailleurs, que : « Et s’il a fait ses prises de position à votre radio, je ne peux que m’en réjouir et le féliciter, parce qu’il se bat. Je pense que nous sommes très proches des valeurs que nous partageons. Je pense qu’il y a une crise dans ce pays, dont on parle peu. C’est la crise de moralité, éthique et de déontologie. Chaque fois, Monsieur Diaby revient sur ça. Parce que si vous avez à la tête des personnalités, des personnes qui n’ont aucun égard pour la parole donnée, qui n’ont aucun égard pour le respect de leur serment, il y a un problème… Nous sommes piégés, vous l’avez dit tout à l’heure, le peuple de Guinée est piégé. Parce que vous n’avez pas de repères. Le repère, c’est la constitution, c’est les lois de la République. Un président comme Alpha Condé qui est professeur de droit, ou qui le revendique haut et fort, aurait dû avoir à cœur l’instauration d’un Etat de droit, le respect de la constitution, le respect des lois de la République. Mais vous le constatez, il s’en fout, il est toujours en train de violer son propre serment, de violer la constitution à plusieurs reprises. Pourquoi la Haute cour de justice n’est pas installée jusqu’à présent ? Pourquoi les victimes de nos manifestations pacifiques n’ont pas eu droit à la justice ? Pourquoi des enquêtes n’ont pas été menées, malgré tous les engagements pris par le gouvernement à cet égard ? Malgré toute la bataille interne que certains ministres ont livré, comme lui Gassama Diaby ? Impossible, c’est bloqué ».

Et de dire enfin que : « Gassama Diaby, je pense que c’est un citoyen qui mérite le respect de ses compatriotes, par ses prises de position courageuses et honnêtes (…) On les attend ! C’est lorsqu’ils vont être en conflit avec les pratiques de ce gouvernement, leur conscience, les valeurs qui leur sont chères, mais ils doivent prendre leurs responsabilités. Le ministre Sako, qui a fait beaucoup d’efforts pour s’adapter à la situation et je le lui ai dit, a fini vraiment par céder, par démissionner, parce qu’il n’était pas en accord avec sa conscience. Peut-être qu’il y en a. S’il y en a, mais ils ne tarderont pas à se manifester. Parce qu’on ne peut pas continuer à accompagner des choses lorsque c’est contraire à ses propres valeurs, c’est contraire à ses propres convictions ».

Une synthèse faite par Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Publicités