Cellou Dalein a-t-il été inspiré par le témoignage d’Albert Bourgui ? Le professeur émérite des universités en droit public dans Une certaine idée de l’Afrique, atteste: « l’homme qui dirige la Guinée n’est pas un homme d’argent. »

Dans une interview chez nos confrères de Djoma TV, Cellou Dalein Diallo a aussi dit : « je ne suis pas un homme d’argent ! » Une façon de signifier qu’il se battait beaucoup plus pour les « valeurs » que pour l’ « intendance » pendant qu’il était chef de file de l’opposition parlementaire.   

Cependant la rumeur prête à Cellou Dalein, le libéral, une fortune amassée pendant son passage dans les différents gouvernements du général Lansana Conté.  

Par ailleurs, le leader de l’UFDG avait été « dédommagé » comme d’autres leaders politiques [feu Jean Marie Doré, Sidya Touré], à hauteur de 2 milliards GNF suite aux événements du 28 septembre 2009.

Le budget du chef de file de l’opposition bloqué à l’époque, était de 500 millions de francs guinéens par trimestre.

Guinee7.com

1 COMMENTAIRE

  1. Justement, par ces temps de faillite financière de l’Etat-RPG/AEC qui courent; pour les raisons de corruption électorale, de gabegie et de malversations que l’on connaît, il faudrait rappeler à des légalistes de circonstance comme Saloum Cissé, que Mamadou Sylla n’est pas le premier et seul “chef de file de l’opposition guinéenne” (CFOG) dont l’Etat a bloqué illégalement les droits et avantages prévus.
    Sans être ni militant ni sympathisant de l’UFDG, je ne vois pas comment CELLOU qui, lui, ne devait qu’aux électeurs guinéens son statut de CFOG, et en tant leader de la grande formation politique guinéenne des 10 dernières années, va renoncer à la restitution de ce que loi guinéenne lui a conféré.
    C’est même là, à mon sens, un nouveau chef d’accusation, tout trouvé, contre les autorités publiques compétentes, dont il devrait songer au plus vite à confier la charge de défense à ses performants avocats.
    S’il n’est pas, comme il le dit, “un homme d’argent”, la manne financière correspondant au règlement équitables de tous ces avantages ainsi confisqués par les seuls caprices d’Alpha Condé et sa bande de pilleurs mafieux, serviront fort utilement dans bien d’autres utilisations humanitaires ou sociales. Car il s’agit avant tout de l’argent du contribuable guinéen. N’est-ce pas ?

Comments are closed.