Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a habitué ses militants et sympathisants à des discours assez critiques envers le régime d’Alpha Condé, à chaque fois qu’il en a l’occasion. Comme lors de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti qui s’est déroulée le samedi dernier à son siège de commandaya. Cellou Dalein Diallo qui multiplie les dénonciations contre le pouvoir, dont il qualifie la gouvernance de scabreuse, promet de moraliser la gestion des affaires de l’Etat, une fois qu’il aura les rênes du pays entre les mains.

Cellou Dalein Diallo dans son discours improvisé lors de cette assemblée générale, a pour la énième fois pointé du doigt la « malgouvernance » qu’il attribue aux autorités actuelles. Pour le chef de file de l’opposition, même les militants du parti au pouvoir sont déçus de cette gestion.

«Aujourd’hui, l’ensemble des citoyens sont déçus de la gouvernance d’Alpha Condé. Nombreux sont ceux qui viennent vers nous, d’autres souhaitent aussi qu’on aille les chercher. Allez les chercher. Tout le monde en a marre de la misère que nous vivons, de la mauvaise gouvernance, des promesses non tenues. Tout cela permet aux  gens de prendre conscience, évaluer, juger et décider. Certains n’ont pas atteint la phase de décision. Allez vers eux, aidez-les. Retrouvez les jeunes du RPG dans les cafés, discutez avec eux. Ils sont tous déçus, ils n’ont plus de visibilité, il n’y a pas de perspectives d’emploi. Il y a la mauvaise gestion, le détournement de deniers publics», regrette le président de l’UFDG.
Parlant des élections communales, notamment du code électoral, le chef de file de l’opposition indique que ses députés ne ménageront aucun effort en vue d’aller aux élections au mois de février prochain.

« Je tiens à vous informer que le code électoral amendé est arrivé à l’Assemblée Nationale, ainsi que le code des collectivités. Je pense que les députés ne manqueront pas d’examiner ces textes et de les adopter en vue de pouvoir organiser au mois de février, les élections locales», a-t-il indiqué. Avant d’ajouter  que « aujourd’hui, le RPG est en perte de vitesse, vous le constatez tous les jours. Mais, il compte toujours sur la fraude, et il faut qu’on empêche la fraude. Je suis convaincu que si l’UFDG réussit à contrer efficacement cette fraude, il n’y a pas de raison qu’on ne contrôle pas Kaloum, Matam, Matoto, Dixinn et Ratoma. Vous avez suivi la manifestation à Kaloum, et vous avez suivi l’accueil qui a été réservé au président qui était de passage là-bas. Vous en avez entendu parler, moi je ne reviens pas là-dessus», s’est enorgueilli Cellou Dalein.

En marge de cette assemblée, le président de l’UFDG a aussi touché du doigt la question des audits. Selon lui  le gouvernement est incapable de prendre des décisions. « Le gouvernement a pris l’initiative d’organiser un audit. Le cabinet a mis en évidence la surfacturation dans ces marchés de gré à gré, les détournements des deniers publics. Mais le gouvernement était incapable de prendre les décisions en sanctionnant les auteurs, parce que c’est tout le système qui est impliqué dans ces détournements. On ne peut pas sanctionner quelqu’un, parce que tout le monde est là-dans. Sinon, après avoir commandité un audit qui a coûté cher au contribuable, lorsque le rapport d’audit est déposé, le minimum qu’on puisse faire c’est de sanctionner les coupables. Ils n’ont pas osé parce que tout le monde est mêlé», déplore-t-il.

Avant d’ajouter : « vous savez, c’est un édifice fragile. Il suffit de commencer à sanctionner les gens pour que tout l’édifice s’écroule, parce que tout le monde est là-dans.  Lors d’un conseil des ministres, le gouvernement a reconnu que le rapport a été déposé et qu’il y a eu violation des dispositions du code des marchés, des surfacturations et des détournements des deniers publics. Vous avez entendu parler d’une sanction», a lancé Cellou à ses militants.

Avant de terminer, Cellou Dalein Diallo a appelé ses partisans au calme face aux différentes agressions dont certains seraient victimes.

« Je demande aux jeunes de se calmer. C’est vrai, nous sommes agressés dans notre bastion. Je sais que les sources de la violence ne viennent pas de chez nous. Mais, je prie tous les jeunes militants de l’UFDG de garder le calme et de garder la sérénité, de ne jamais être la source d’une violence dans les rues. Préparons-nous à sanctionner tous nos adversaires dans les urnes», a-t-il conseillé, en guise de conclusion.

Sadjo Diallo In Le Démocrate

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici