Suite à l’étouffement de leur marche de ce mardi par des coup de feu et gaz lacrymogène des forces de l’ordre postées au rond point de la Belle Vue (Dixinn), les membres de l’opposition républicains dénoncent une tentative d’assassinat contre leur chef de file (Cellou Dalein Diallo ndlr)  dont le véhicule aurait été atteint par une balle.

«Nous avons quitté ici pour aller manifester, nous avons été bloqué par des forces de l’ordre qui nous ont gazé, mais une balle a été tiré sur ma voiture. J’étais avec le Dr. Faya Millimono dans la voiture, mon chauffeur à été légèrement blessé et les impactes sont là», à expliqué Cellou Dalein au micro des hommes de média.

Et de poursuivre : «On m’avait dit de ne pas sortir aujourd’hui, qu’il aurait une tentative d’assinat contre ma personne… Beaucoup de téléphones, je peux même vous montrez de SMS qui me disais de ne pas sortir aujourd’hui. Mais je dois avoué que je ne croyais pas qu’on pouvait aller à l’extrême. Je pensais  que c’était une rumeur sans fondement pour m’intimider, mais voilà que c’est fait et Dieu m’a sauvé».

«Je vais dire aux auteurs de cette tentativ, ajout-il, que je ne flechirais pas.  je continuerais mon combat jusqu’au sacrifice ultime s’il y a lieu, parce qu’on peut pas accepter que nos libertés soient confisquer et notre constitution soit violer en permanence pas M. Alpha Condé… Il y a déjà eu 95 morts lors des manifestations, si je suis le 96 et le 97 ce n’est rien pour la liberté, la démocratie et les droits humains dans mon pays»

De son côté, le président du Bloc Libéral (BL) Dr. Faya Millimono à déclaré que c’est un membre de forces de l’ordre qui a tiré à bout portant sur leur véhicule. «Cette balle aurait pu élever la vie du chef de file de l’opposition ou ma vie. Donc il est claire que nous rentrons dans un État Voyou où le président de la République, le gouvernement peuvent ordonner l ‘assassinat de qui que ce soit. Nous répondrons par la fermeté et nous disons au Président Alpha Condé qu’il y a juste 2 semaines, nous avons fêté les 60 ans de notre indépendance et que c’est en 1958 que nos ancêtres ont choisi la liberté dans la pauvreté à l’oppilence dans l’esclavage. Donc ce n’est pas un professeur comme celui que nous avons  à Sekhoutoureah qui peut confisquer nos libertés, nous irons jusqu’au bout quid à  ce le président Alpha Condé s’en aille», a t-il martelé.

Par ailleurs, les membres de l’opposition républicaine estime que leur manifestation a été un succès, car selon eux les activités totalement été paralysée dans la capitale guinéenne ce lundi.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire