Kassory Fofana et le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo (archives)

Sur les ondes de Fim Fm ce jeudi, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, s’est exprimé sur les propos tenus par le premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana sur Djoma médias.

Les propos de ce dernier étaient relatifs à la responsabilité de l’opposition et le non aboutissement des enquêtes sur des tueries enregistrées à l’occasion des manifestations.

Apparemment offusqué, Cellou Dalein, dit répondre à cette question par respect pour les journalistes et leurs auditeurs. Avant d’affirmer que ce que « le premier ministre raconte n’a aucune base. C’est une revendication constante de l’UFDG et de l’opposition que des enquêtes soient menées pour identifier les auteurs des crimes commis lors de nos manifestations. Il n’y a pas eu un seul dialogue politique où on n’a pas revendiqué et obtenu un engagement ferme du gouvernement de diligenter des enquêtes sérieuses pour identifier les auteurs de ces crimes. C’est nos militants qui sont tués dans les manifestations. Comment voulez-vous qu’on fasse obstruction à la manifestation de la vérité ? Nous voulons que les auteurs soient identifiés et punis conformément à loi. Parce que nous avons une responsabilité morale.  Nous lançons des mots d’ordre et c’est en répondant en ces mots d’ordre que les gens sortent. Lorsqu’on les tue comme des lapins, nous sommes choqués ».

A la question de savoir est-ce qu’il reconnait Kassory à travers l’intervention qu’il a eu à tenir ? Cellou Dalein a fait savoir : « Je ne le reconnais pas ! Lorsqu’on dit qu’Alpha Condé est fort pour transformer les gens, je crois qu’il est effectivement fort. Parce que le Kassory que j’ai connu, qui était d’une certaine droiture, qui avait une certaine probité, qui était attaché à la valeur, il ne peut pas dire des choses comme ça. Actuellement il répète des choses qui plaisent à Alpha (…). Il y a une tendance à prendre les bourreaux pour les victimes et les victimes pour les bourreaux. Et que c’est dans cette dynamique malheureusement qu’entre mon ami Kassory et c’est dommage. Parce que les bourreaux sont connus. Les victimes sont connues. »

Une synthèse faite par Abdou Lory Sylla pour guinee7.com