Lors des dernières manifestations appelées par le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), des violences ont été enregistrées dans certaines localités du pays. Parmi ces localités, figure la commune urbaine de Pita. Là, les bâtiments de la gendarmerie et de la police ont été incendiés par des jeunes en colère. Le domicile du Khalif du Fouta Djallon attaqué, Cellou fait porter le chapeau à Alpha Condé.

“Mais tenez-vous bien les exactions et les violations sont allées très loin pour toucher un symbole. Le symbole de la sagesse, le symbole qui incarne toute une communauté, El hadj Bano Bah, le secrétaire général de la ligue islamique de Pita, Khalif du Fouta Djallon a été agressé, gazé, ces voitures détruites par les forces de défense et de sécurité. Mais pourquoi ça ? Ce sage qui fait tout pour que règne la paix, qui fait tout pour que règne la cohésion entre les habitants du Foutah, entre les habitants de la Guinée. Qui intervient chaque fois pour calmer les passions afin que les Guinéens puissent s’entendre. Alpha Condé n’a trouvé rien à faire, sauf envoyer une expédition pour aller agresser ce vieux qui incarne toute la sagesse au niveau du Fouta Djallon”, a réagi Cellou Dalein Diallo, ce samedi 18 janvier au siège de l’UFDG.

Au nom des militants de l’UFDG, Cellou Dalein a exprimé  sa solidarité  au Khalif du Fouta Djallon avant dire :”El hadj Bano Bah, qui est un sage choisi par toute une communauté pour être le Khalif, l’homme sage, l’homme respecté. Alpha Condé pour marquer sa haine vis-à-vis de la région et de la communauté n’a trouvé rien à faire qu’envoyer ses soldats matraquer le vieux, violer son domicile et détruire ses biens. Qu’il (El hadj Bano Bah) sache qu’il a la solidarité de tous les Guinéens patriotes parce que c’est vers les sages de ce pays qu’on accourt lorsque les passions dépassent certaines limites, pour qu’ils calment les gens. Mais eux-mêmes n’échappent aux exactions, violences, qu’Alpha est en train d’infliger aujourd’hui aux Guinéens.”

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition guinéenne, a dénoncé une autre agression : “Vous avez suivi l’interview du vieux à qui la police a infligé des gifles. Ils ont confisqué son argent en proférant des injures à l’endroit de son ethnie et à l’endroit de lui-même. Il a dit, j’ai été choqué par les gifles et injures mais j’ai été surtout choqué par les injures qu’on a adressées à ma personne et à mon ethnie. J’aurais pu me consoler pour les gifles, pour la bastonnade, pour la confiscation de mon argent mais je ne peux pas oublier les injures qui ont été proférées par les agents de la police à l’endroit de ma personne, de mes parents et de mon ethnie.”

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités