Il a été procédé à la mise en place, ce lundi, des membres des démembrements des différentes commissions de la CENI (CEPI, CECI et CESPI) de Kindia. À cet effet, 205 personnes issues des cadres de l’administration, de la société civile, de la mouvance et de l’opposition ont prêté serment à tour de rôle, devant le tribunal de première instance de Kindia. Après la prestation de serment, ils ont procédé à la mise en place de leur bureau exécutif au CFP de ladite région.

Madame Camara Djénab Touré, commissaire à la CENI, superviseur de la préfecture de Kindia et Télimélé, interrogée par rapport à la prestation de serment, explique: “Il était question de la prestation de serment des membres des démembrements de la CEPI, la CECI et de la CESPI. Il y a plus de trois semaines depuis qu’on a lancé l’appel aux structures designatrices, notamment la mouvance, l’administration, la société civile et l’opposition, pour désigner leurs représentants au sein des différents démembrements. À Kindia, cela a trainé parce qu’il n’y avait pas de consensus au niveau des différentes entités. Finalement, nous sommes arrivés à un consensus, le vendredi. Les listes ont été validées. Elles ont été déposées au tribunal de première instance de Kindia. Et aujourd’hui, nous avons procédé aux prestations de serment. Il y a eu des cas d’absence, mais ils prêteront serment le vendredi prochain, conformément aux instructions données par le tribunal. Ils sont au total 205, parmi lesquels 199 ont prêté serment aujourd’hui, et il y a eu 6 cas d’absence”, a-t-elle expliqué.

Plus loin, la commissaire précise le cas de la PCUD en ces termes: “Je ne pense pas que la PCUD a été écartée à Kinda. Elle n’a pas déposé plus tôt de liste à Kindia. Quand nous sommes venus, il n’y avait pas de consensus dans notre travail autour des différentes plateformes. On ne s’est pas mêlés de leur résolution. Et c’est l’instruction qui nous avait été donnée. Qu’aucun commissaire ne devrait se mêler des problèmes au sein des différentes structures. Ce n’est pas à notre niveau où la PCUD a été censurée. À la résolution finale, nous avons reçu une liste signée de deux plateformes. La PCUD n’est jamais venue. Quand ils sont venus, ils m’ont montré comme quoi, ils ne se sont pas entendus. Parce que les autres disaient que la PCUD  n’a pas d’agrément pour le cas de Kindia. Leur représentant est venu me voir, au siège de la CEPI, pour expliquer pourquoi les autres l’ont exclu (les deux autres plateformes). Comme quoi ils n’ont pas d’agrément, mais ils ont un récipissé de 2017. Je lui ai dit: mon frère l’instruction que nous avons reçue, c’ est de ne pas se mêler ni au niveau de la mouvance, ni de l’opposition, ni de la société civile”, a t-elle précisé.

À préciser que les membres des bureaux ont été installés au Centre de formation professionnelle de Kindia .

Joseph Bangoura pour guinee7.com

Publicités

Laisser un commentaire