L’ancien premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, était en audience restreinte, mercredi à la CRIEF.

Au sortir de la rencontre, ses avocats ont rendu compte. Selon Me Dinah Sampil, « le parquet devait présenter à monsieur Kassory Fofana les preuves des charges qu’il a mises à son compte. Mais malheureusement, ce n’était pas le cas. Nous sommes ressortis, comme nous étions rentrés. Sans que rien ne nous soit montré dans le sens de la culpabilité de notre client ».

Par rapport à la demande de liberté, il a fait savoir que « nous l’avons élaborée, nous devons le signer tout de suite et la déposer. Ensuite, on attend la réponse que la chambre spéciale va donner ».

Quant à Me Sidiki Bérété, il a apporté des précisions sur la période de réponse de la CRIEF. « Quand la demande est déposée, la chambre de contrôle à 48h pour communiquer au procureur; monsieur le procureur très spécial a 5 jours pour répondre et quand ça doit venir, ils ont trois jours pour réagir. Donc on peut dire à compter de la date de dépôt ils ont au minimum 9 à 10 jours pour se prononcer : favorables ou défavorables », a-t-il expliqué.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com