Se prêtant aux questions des journalistes, à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a récemment animée à Conakry, le doyen du R and B guinéen, Cheick Oumar, a parlé du regard qu’il porte sur la musique urbaine guinéenne de nos jours.

Selon cet ex-membre du groupe de hip-hop Légitime Défense et concepteur de l’hymne de l’événement Conakry Capitale Mondiale du Livre 2017, le monde de la musique urbaine guinéenne est actuellement dominé par du copier-coller. Puis, d’interpeller les jeunes artistes en herbe qui se livrent à cette pratique. « Je veux juste envoyer un message pour les jeunes talents en herbe qui essaient de monter dans n’importe quel domaine dans la musique urbaine. Je vais leur dire de faire très attention avec le copier-coller. La plupart des jeunes aujourd’hui, quand ils voient leurs idoles, ils essaient de faire comme eux. Mais faire comme ne veut pas dire qu’il ne faut pas avoir sa propre identité », a déclaré Cheick Oumar.

Pour lui, il est très important pour un artiste surtout un chanteur de la musique urbaine aujourd’hui d’avoir sa propre identité, parce qu’il a beaucoup de choses qui se ressemblent. « Et en général, cela arrive quand vous avez des jeunes qui n’ont personne pour les remettre dans le droit chemin. Donc ils ont tendance à chanter comme tel ou tel et ça fait que les sonorités se ressemblent… il y a beaucoup de similarité dans la musique urbaine en ce moment, c’est dû à ce fait », a-t-il déploré.

Par ailleurs, cet artiste aux multiples talents estime qu’ « Imité pour un début, ça peut aller, mais au fur et à mesure que l’on travaille, on doit avoir sa propre identité… donc les jeunes doivent penser à qui ils sont d’abord, quel genre d’artiste ils veulent être. S’ils veulent être comme quelqu’un, autant faire de l’interprétation alors… »

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici