Me Cheick Sacko

Il y a quelques jours, Me Michel Sonomou Labila, président de l’ONG, « Avocats sans frontière » s’était indigné quand son ONG avait été empêchée « d’enquêter » sur le drame de Womey. Il disait ceci : ‘‘Avant de bouger de Conakry, nous avons adressé un courrier au ministère des Droits de l’homme et des libertés publiques. Il n’y a pas eu d’opposition. Il n’y a pas eu de contestation. Nous estimons que dans cette affaire douloureuse, les autorités cachent certainement quelque chose parce que depuis ces évènements, aucune structure indépendante neutre comme la nôtre n’a effectué le déplacement sur les lieux. Nous envisageons de rencontrer monsieur le gouverneur, d’abord de lui dire d’intervenir auprès des militaires pour nous restituer l’appareil qui reste encore en leur possession et qu’on ait des explications par rapport à ce refus. Nous allons tirer toutes les conséquences du droit qui s’imposent parce que nous sommes des avocats, des jeunes, des militants des droits de l’homme. Si nous, société civile, ONG de défense et de protection des droits de l’homme, nous sommes empêchés de faire notre travail, il va falloir que les autorités nous disent, nous expliquent les raisons de cette attitude des militaires.’’

Les raisons ? le ministre de la Justice garde des Sceaux, Cheick Sacko, lui-même avocat, les donne dans ce communiqué : ‘‘Le Ministre de la Justice a le regret d’apprendre qu’un groupe d’avocats de l’ONG « Avocat sans frontière » s’est rendu à Womey, préfecture de Nzérékoré la semaine dernière, en dépit de l’ouverture d’une procédure judiciaire, prétendant avoir une autorisation administrative.

Dans le cas d’espèce, seule une autorisation judiciaire (juge d’instruction) peut permettre d’avoir accès au lieu de la commission des crimes. Une telle attitude est regrettable.

Pour ce faire, le Ministre de la Justice a saisi le bâtonnier de l’ordre des avocats pour demander des explications. Le principe de la séparation des pouvoirs même pour ces dossiers sensibles doit être respecté.

Le Ministre de la Justice rassure les populations guinéennes que toutes la lumière sera faite sur les crimes commis à Womey et la justice sera rendue.’’

                                                                                                                                                                                                                                 Aziz Sylla

Publicités