L’atelier sur la validation de la Stratégie nationale de prévention des conflits a ouvert ses portes, ce mardi 13 novembre, dans un réceptif hôtelier de la place. La cérémonie a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Alhousseine Thiam.

Durant deux jours, les différents acteurs de la société civile, les défenseurs des droits de l’homme et les cadres du département de la Citoyenneté vont parcourir le document avant sont validation.

« Nous sommes convaincu que ce document sera d’un apport appréciable dans la prévention et l’atténuation des conflits et dans le maintien de la paix dans notre pays », a déclaré, Alhousseine Thiam,  avant de rappeler qu’ « au cours des années passées, la Guinée fut confrontée aux défis de la paix, de la démocratie et de la cohésion nationale. Mis à part entre autres la multiplication des conflits de tout genre entrainant la perte en vies humaines, d’importants dégâts matériels, détérioration des relations sociales et la fragilisation du tissu social. Aussi, ces conflits menacent la paix et affectent profondément le processus de développement économique et social de la Guinée ».

Selon lui, l’élaboration de cette stratégie nationale est une action qui a été précédée par une deux exercices importants. « Il s’agit de la revue de la littérature sur la situation des conflits et complétée en Guinée par l’évaluation Niger des infrastructures de paix existantes à travers le pays et l’analyse participative de la situation des conflits en Guinée effectuée au cours d’un atelier organisé du 19 au 21 juillet 2017, à Conakry ».

De son côté, le directeur pays du PNUD, Eloi Koidjo, soutient que la Guinée dans sa vision prospective s’est fixée pour objectifs de bâtir à l’horizon 2040, un pays émergent et prospère, maître de son destin, assurant un niveau élevé de bien-être à ses populations, garantissant l’avenir des générations futures. C’est pourquoi, « la réalisation de cette ambition légitime ne sera possible que dans la paix, l’unité nationale et la cohésion sociale. C’est dans cette perspective que le département de l’unité nationale a lancé en juillet 2017, avec plusieurs départements ministériels, un exercice inclusif d’analyse des risques de conflits, pour identifier les causes profondes des maux qui minent la société guinéenne et ses diverses manifestations. Ce processus a permis un travail participatif qui s’est déroulé pendant plusieurs mois, et a abouti à l’élaboration de cette stratégie contenue de la présente réunion”.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici