Plusieurs organisations de la société civile guinéenne et des juristes ont demandé à l’Institution Nationale Indépendante des Droits Humaines (INIHD) d’attaquer le code électoral amendé, à la Cour constitutionnelle avant que le président ne le promulgue par un décret présidentiel.

Intervenant dans une radio privée de la place, ce mardi 7 mars 2017, le président de l’INIDH, Mamadi Kaba affirme que : ‘‘vu l’ampleur du mécontentement et les préoccupations exprimées, nous pensons que nous n’avons pas le choix. Nous allons saisir la Cour constitutionnelle pour éviter qu’il y ait dans l’application du code, une Guinée contre une autre. C’est vrai que les partis majoritaires à l’Assemblée partagent les mêmes points de vue par rapport au code, mais je pense que les minorités politiques et sociales doivent être entendues et leurs préoccupations intégrées dans le code. Cela éviterait qu’il y ait une Guinée totalement divisée autour de la question.’’

Par ailleurs, Mamadi Kaba souhaite que la Cour constitutionnelle comprenne la préoccupation de la minorité politique et sociale : ‘‘Nous nous attendons à ce que la Cour, après avoir pris connaissance des pièces jointes puisse quand même comprendre que les minorités politiques et sociales ont leur point de vue qui compte ; et que ce point de vue doit être intégré dans le code électoral.’’

Bhoye Barry pour guinee7.com