Répondant ce mardi 17 septembre, aux questions de nos confrères de la radio Espace FM, le chef de la majorité présidentielle à l’assemblée nationale, Amadou Damaro Camara, a ironisé sur la collaboration entre les présidents de l’UFDG et de l’UFR, les deux principaux partis de l’opposition.

Sur un ton ironique, il a de prime abord fait constater que : « Ils ne sont pas unis ! Les deux se détestent comme des coépouses. C’est ça la réalité. Tu sais comment ils s’appellent ? Lui-là… Sidya appelle Cellou, lui-là, les gens-là, et Cellou appelle Sidya l’autre-là. Mais ils ont le même objectif, chacun veut le fauteuil présidentiel, mais ils ne peuvent pas être ensemble. L’un dit c’est mon tour 2020, l’autre dit si Alpha n’est pas candidat, je serai président ; et ces deux-là veulent nous faire croire qu’ils sont unis ».

Ensuite, le député Damaro a déclaré : « Sidya, je l’ai entendu raconter beaucoup de contre-vérités, hier. Quand il dit, il n’y a pas eu d’appel d’offres. C’est la CENI, pendant sa retraite, qui a même écrit officiellement, selon une de leurs résolutions, de dire aux ministres des Finances, pour sauter les étapes, pour être dans le temps, parce qu’en ce moment, tout le monde exigeait à ce que les élections aient lieu cette année… »

« Il y a un autre problème, en ce qui concerne la CENI. Vous savez, l’opposition a toujours demandé à ce qu’on change les opérateurs. La Guinée n’a jamais eu de logiciel à elle. Chaque fois qu’on a changé d’opérateur, le nouvel opérateur vient avec son logiciel, qui n’arrive pas à intégrer la totalité des enregistrements antérieurs. Quand cela se fait une fois, deux fois, trois fois, il y a des résidus dans la machine, qui sont de l’ordre de 1 million 300 et quelques ; qu’on appelle fictifs, mais qui sont où ? Mais même l’audit a dit, 10% seraient en Haute Guinée et en Forêt, 7% seraient au Fouta etc. Quel a été le cri de Sidya en ce moment ? Voilà, les deux partis se sont partagés les fictifs ; dans mon fief, il n’y en a pas. Il faut être constant. Ces deux-là sont qui ? Cellou Dalein et Sidya Touré, quand ils parlent du lobby, il sait ce que c’est qu’un lobby, parce que le meilleur ami d’affaires qu’il a, avait une firme de lobbies aux Etats-Unis. Mamady Diané, c’était le Guinéen, le Noir, le frère, le plus puissant en matière de relations politiques aux Etats-Unis. C’est son meilleur allié, il a vécu de ça. », a-t-il révélé.

Avant de poursuivre plus loin, en demandant que : « Pourquoi il s’étonne aujourd’hui qu’Alpha Condé fasse du lobbying ? Mais les deux, ils semblent s’unir aujourd’hui, mais qui sont-ils en fait ? Je vais donner un autre secret. Au Quai d’Orsay, quand Cellou est parti, on lui a dit : “Mais écoutez, vous êtes avec Sidya, mais qui dit que vous n’avez pas de caractère et que vous obéissez plutôt à ceci ou à cela ? ” Voilà ce qu’il a répondu : “Mais il est tellement fourbe, que je crois beaucoup plus à Alpha Condé qu’à lui-même…” »

Enfin, il a dit : « Je l’ai entendu dire hier, il faut qu’on respecte les institutions. L’institution c’est quoi ? C’est la CENI. La CENI n’a plus de commissaires de la mouvance ni de commissaires de l’opposition (…) L’opposition sera rassurée à une seule condition, que Cellou choisisse le président de la CENI et dise ce qu’il doit faire et que Sidya choisisse peut-être les deux vice-présidents, pour leur dire ce qu’ils doivent faire ».

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com