Tibou Kamara

Les hommes de Colonel Moussa Tiégboro Camara du secrétariat général de lutte contre la drogue, le crime organisé et le grand banditisme, effectuent souvent des descentes « musclées » dans des installations des sociétés industrielles de Conakry et environs. Ces interventions sont souvent dénoncées par les promoteurs de ces unités industrielles. Dans une sortie à travers les médias, le ministre de l’Industrie et des PME, Tibou Kamara, s’est prononcé sur cette question.

« J’avais fait un circulaire qui est claire et catégorique. Il n’y a que le ministère de l’industrie qui se peut se rendre dans les unités industrielles. Tout autre service qui, pour une raison ou une autre, voudra s’y rendre, devrait encore avec le ministère de l’Industrie juger de la pertinence de cela ou de son opportunité », a précisé, Tibou Kamara, ministre d’Etat, conseiller spécial du président.  

D’ailleurs, « nous avons dit aux unités industrielles, que chaque fois qu’elles recevraient une visite qui ne soit pas dûment mandatée par le ministère, de ne pas recevoir cette visite et même d’en référer au ministère de l’Industrie, et qui, dans le cadre de son fonctionnement et de ses attributions régaliennes, peut parfaitement intervenir pour essayer de les protéger. Parce que j’ai dit en introduction que le but, c’est un partenariat avec unités industrielles, pour assurer leur sécurité, de créer des conditions de confiance avec l’État et les pouvoirs publics. Donc, en même temps que nous leur demandons un certain nombre d’obligations, il est évident qu’elles ont des droits que nous devons défendre et protéger », a fait savoir Tibou Kamara.

« Moi-même, personnellement je me suis entretenu parfois avec le Colonel Tiégboro et je dois avouer qu’il a coopéré parfaitement, en lui rappelant les règles par rapport aux unités industrielles. Et chaque fois que j’ai échangé avec lui sur la question, il a entendu ce que nous l’avions dit et surtout il s’est engagé à travailler avec le ministère de l’Industrie. Nous l’avions dit également, s’il y avait lieu, il était possible de requérir ses services, mais il ne peut pas y avoir des descentes spontanées au sein des unités industrielles, que ce soit de lui ou d’un tiers. Ou même n’importe quel service de l’État qui n’a rien à voir avec l’industrie ; et tous cela affecte un peu le climat des affaires dans notre pays, crée l’insécurité pour l’investissement et finalement affecte l’activité économique dans notre pays dans son ensemble », a précisé Tibou Kamara.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

Publicités

Laisser un commentaire