Deux jeunes garçons ont été présentés à la presse ce mercredi par les services de la direction centrale de la police judiciaire. Ils sont accusés de « coups et blessures volontaires, destruction de biens publics et troubles à l’ordre public ».

Un des accusés est celui qui aurait grimpé le poteau pour détruire une caméra de surveillance le jour où certaines personnes avaient protesté dans les rues de l’Axe contre le délogement manu militari de leur champion, Cellou Dalein Diallo.  La vidéo montrant le jeune-homme grimper le poteau était devenue virale sur les réseaux sociaux.

Kenèma Ibrahima Kalil, commissaire de police, directeur central de la police judiciaire, a donné des détails sur ces présumés délinquants : « Ces personnes sont Yahya Barry et Amadou Sara Bah. Yaya Barry reconnaît les faits de coups et blessures volontaires sur la personne de monsieur Samounka dans la journée du 28 février 2022. Effectivement, ils sont reprochés de destruction de biens publics. Vous avez tous suivi les réseaux sociaux lors des manifestations du 28 février 2022, beaucoup ont vu un jeune grimper le poteau, décrocher la caméra de surveillance et la faire tomber. Donc c’est les faits de destruction de biens publics. Pour ce qui est maintenant de la reconnaissance de l’infraction et des faits, ça c’est autre chose. Il ne reconnaît pas les faits. Mais puisque les images sont là, le tribunal saura apprécier. »

Yaya Barry, pris avec une carte de retour de migrant délivré par l’OIM, dans un français décousu s’est défendu face à la presse.

À propos du couteau exposé par la police, il a affirmé : « Je travaille avec ça. Je fais la peinture. » Et pourquoi il aurait poignardé une personne ? « On l’a attaqué parce qu’il nous a filmés. On est allé, on lui a fait du mal. Mais c’est un téléphone seulement que j’ai pris. Ils ont dit que j’ai gâté la caméra, mais non. Moi je n’ai agressé qu’une personne sur son dos », s’est-il défendu.

Son co-accusé, Bah Amadou Sara, s’est expliqué aussi : « On m’a pris sur la route à cause d’un problème de téléphone. Mais le propriétaire du téléphone l’avait repris. Comment la CMIS m’a pris? C’est le propriétaire du téléphone, dès qu’il m’a vu dans le quartier, il a dit que c’est moi qui ai pris le téléphone. Je lui ai dit oui ! Il a demandé où le téléphone est? Je lui ai dit, tu avais repris non? Il a dit que c’est mes amis qui ont pris ça. J’ai demandé quels amis? Il m’a dit que ceux qui l’ont poignardé. Je lui ai dit que ce n’était pas mes amis. Et que c’était un seul que je connaissais entre eux. Et lui aussi c’est la promotion de la 8ème et la 9ème qu’on a fait ensemble. Il s’appelle Mamadou Bhoye. Mais je ne connais pas son nom de famille. Ils m’ont accusé pour la caméra. Ce n’est pas moi. »

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com