En quête de professionnalisme, les photographes guinéens ont célébré ce jeudi dans les locaux de la Bleuzone de Kaloum à Conakry, la journée internationale de la photographie sous le thème « Conakry vue par les photographes de Guinée ».

À l’issue de cette journée de célébration initiée par l’Office national du cinéma, de la vidéo et de la photo (ONACIG), quinze photographes guinéens, bénéficieront d’une formation dispensée par le malien, Seydou Camara, en « photo documentaire » du 20 août au 2 septembre 2021.

À en croire Noël Lamah, directeur de l’ONACIG, cette façon de joindre la célébration à une formation, « s’inscrit dans la dynamique de former d’ici 2025, cinq catégories de photographes à travers des formations de renforcement de capacités et des photographes résidents. Pour information, l’union des photographes de Guinée compte plus de 500 photographes. Cette association n’est pas la seule. Il y a aussi d’autres associations telle que l’association des photographes reporters… »

Il a par ailleurs invité les photographes à s’adapter aux nouvelles techniques. « Le métier de photographe a connu une véritable mutation avec l’avènement du numérique. Cette mutation affecte aussi bien la profession de photographe, mais aussi les appareillages qui nécessitent une mise à niveau des formateurs. Les photographes de Guinée sont donc obligés de s’accommoder à cette réalité s’ils veulent vivre de leur profession. C’est pourquoi il faut de la professionnalisation des photographes », a-t-il demandé.

Au nom des photographes de Guinée, Lamine Sylla a demandé aux autorités, « l’exécution de quelques marchés de l’Etat, notamment, les contrats des photos d’identités spéciales examens, les contrats des photos de pèlerin et l’emploi des photographes dans les rédactions des sites et journaux. La création d’un partenariat entre la fédération sportive nationale et nos différentes associations ».

Représentant la ministre de la Culture et du patrimoine historique, Fatou Conté, cheffe de cabinet du ministère en charge des sports a rappelé : « Il est établi que la photographie a été un des supports importants pour faire connaître notre pays la Guinée, après son accession à l’indépendance. Elle le sera particulièrement pour la ville de Conakry. Il incombe donc à la culture, à la photographie de se maintenir par tous les moyens. »

par ailleurs, elle a dit « l’engagement du département à œuvrer à la promotion de la photographie en Guinée ».

Présent à la célébration, Sansy Kaba Diakité des éditions Harmattan Guinée a invité « l’ensemble des photographes de Guinée à prendre ce travail au sérieux. À le faire avec de l’excellence, avec de l’artistique ».

Enfin, il s’est engagé à les accompagner. « Je voudrais vous rassurer si à travers cet atelier de formation, vous réussissez à faire de belles photos de notre capitale, nous nous serons à vos côtés pour faire un beau livre sur Conakry. Et le livre là ira très très loin », a-t-il promis.

C’est par une exposition de photos que la cérémonie a pris fin.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com