Une centaine de leaders politiques a rencontré ce mardi le CNRD au Palais du peuple de Conakry. L’objectif de la rencontre a été de discuter autour de la transition. Au sortir de la rencontre qui s’est déroulée à huis clos, les acteurs politiques ont fait leurs commentaires.

Cellou Dalein Diallo (UFDG) : « Il n’y avait pas de programme ni ordre du jour »

« Lorsqu’on a reçu l’invitation, on a compris c’est une rencontre de prise de contact. Parce qu’il n’y avait pas de programme ni ordre du jour. La rencontre a permis à beaucoup de participants de s’exprimer après avoir écouté le président du CNRD. Dans son intervention, il a dit qu’il souhaitait avoir la contribution de tous les partis dans la construction de cette transition dans la définition de ses termes, de ses missions. Beaucoup de gens se sont exprimés. Je pense que nous allons nous retourner dans nos états-majors et dans nos alliances respectives pour essayer de formuler par écrit notre vision et nos propositions que nous allons soumettre aux nouvelles autorités. Nous étions réconfortés d’apprendre que personne ne sera exclu et que les propositions qui seront faites dans la mesure du possible pour l’intérêt supérieur de la nation seront prises en compte. Donc allons à l’ANAD pour voir si nous pouvons harmoniser nos positions par rapport justement à ces propositions que les partis politiques devraient faire à l’attention du CNRD ».

Sidya Touré (UFR) : « donner notre vision de cette transition qui doit permettre réellement de bâtir les fondements d’un État nouveau »

« Nous sommes venus dans un premier temps,  nous avons écouté le colonel Mamady Doumbouya qui a exposé son point de vue sur les raisons pour lesquelles ils sont rentrés dans cette nouvelle phase et la volonté qu’ils avaient de sortir par le haut. Il a insisté sur le fait que depuis l’indépendance il y a eu un échec collectif de l’intelligence en Guinée et même des militaires et que cette fois-ci dans un cadre inclusif nous puissions nous retrouver pour porter une Guinée nouvelle. Au niveau des partis politiques j’ai été le premier à prendre la parole, nous avons apporté notre soutien à cette démarche et je dois dire que nous allons déposer à notre niveau, un mémorandum avec le FNDC dont fait partie l’UFR, le PEDN et le MODEL  pour donner notre vision de cette transition qui doit permettre réellement de bâtir les fondements d’un État nouveau qui puisse nous permettre d’aller au développement parce que c’est ce que la population attend de nous ».

Dr Ousmane Kaba (PADES) : « pressons-nous raisonnablement »

« Je pense que les militaires ont voulu rencontrer la classe politique. Vous savez que nous sommes dans un régime d’exception qui s’appelle une transition. Donc il est important que les acteurs se rencontrent et échangent pour savoir d’abord comment on va gérer la transition et comment on va en sortir. Il a été constaté, en tout cas ce que j’ai entendu des différents acteurs, c’est qu’ils sont unanimement conscients du bon travail qui a été fait par la junte militaire. Parce qu’il y avait un coup d’Etat constitutionnel que nous avions dénoncé à l’époque et dans ces situations il n’y avait que le changement militaire qui pouvait mettre fin à cette dérive. Donc ceci étant, comment est-ce que nous voyons l’avenir ? Ils ont invité la classe politique à réfléchir. Chacun a donné son point de vue. Dans une deuxième étape, nous allons nous concerter entre nous, pour qu’ensemble avec les militaires nous puissions convenir d’un agenda de la transition. Il faudra qu’on soit d’accord sur la mission qui est de restaurer l’état de droit ; sur les objectifs à convenir pour une élection libre et transparente qui est acceptée de toutes les parties. Mais il faut pour cela, des changements institutionnels. Il faut une nouvelle constitution, il faut un nouveau parlement, il faut des lois. Donc pressons-nous raisonnablement ».

Dr Faya Millimouno (Bloc Libéral) : « pour que la Guinée tourne définitivement le dos à ces mouvements récurrents »

« Au sortir de cette concertation, nous pouvons retenir que l’espoir existe, nous pouvons retenir que l’opportunité est là; elle est à prendre. Pour que nous la prenions, il faut que le système disparaisse et pour que le système disparaisse, il faut que nous travaillons tous à implémenter la rupture et cette rupture ne se créera pas en un jour ni en un mois. Nous prendrons le temps qu’il faut en évitant les erreurs du passé pour que la Guinée tourne définitivement le dos à ces mouvements récurrents »

Abdoulaye Kourouma (RRD) : « il faut auditer les deux dernières décennies »

« Nous sommes dans une situation où les militaires doivent rester militaires. Doivent agir militaires, c’est-à-dire être pragmatiques. S’ils ne sont pas pragmatiques, ça ne sert à rien. Il y a eu beaucoup de choses dans le pays-là. C’est-à-dire il faut assainir l’administration. Il y a eu des crimes économiques qu’il faut punir, il faut auditer les deux dernières décennies, il faut mettre les institutions fortes et crédibles en place. Il faut que ce soit une transition pour le peuple… Peu importe la durée de la transition, c’est le fondement d’une République qui nous concerne nous au niveau de notre parti. Moi je n’ai pas eu la parole. Mais si j’avais la parole, j’allais juste demander de ne pas humilier l’ancien président de la République ».

Dr Makalé Traoré (PACT) : « Nous sommes tous prêts à les accompagner »

« C’était pour voir dans quelle mesure nous pouvons avancer. Naturellement, les attentes sont très importantes et les défis sont grands. C’est vrai qu’il y a beaucoup de discours. Mais moi j’ai souhaité que ces nouvelles autorités aient la force de porter tout ça. Et que Dieu les protège et guide leurs pas qui sont encore très fragiles. C’est ce que j’ai dit et c’est ce que je souhaite… S’il m’est demandé d’apporter ma contribution, naturellement, je pense que je ne suis même pas la seule. Il y a une espèce d’unanimité autour des autorités. Nous sommes tous prêts à les accompagner honnêtement pour la Guinée et pour le bonheur des Guinéens ».

Il est à noter qu’après les acteurs politiques, le Col Mamady Doumbouya va recevoir les coordinations régionales.

Abdou Lory Sylla et Bhoye Barry pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.