Les femmes défenseurs des droits de l’homme ont, lors d’une conférence de presse, ce lundi 7 janvier 2019, à la Maison de la presse, à Coléah, fait une déclaration  pour apporter leur soutien à Moussa Yéro Bah, condamnée pour diffamation par le tribunal de première instance de Dixinn.

Dans cette déclaration rendue par Kadiatou Diallo, cette condamnation de Moussa Yéro est un coup dur pour l’ensemble des activistes qui se battent pour la cause des femmes : « Les femmes défenseurs de droits humains ont appris avec consternation la condamnation de Moussa Yéro Bah par le tribunal de première instance de Dixinn, le 3 janvier 2019 dernier, pour diffamation sur la personne de Monsieur Mamadou Oury Baldé. Condamnée pour avoir sauvé une vie et pour avoir aidé avec d’autres organisations, à obtenir une mise en liberté provisoire pour une jeune fille en situation difficile, qui disait avoir été abusée sexuellement par son oncle et père adoptif. C’est un coup dur pour nous activistes des droits de l’homme, qui nous battons au quotidien, pour le mieux être des populations guinéennes. Cette condamnation ne nous a point ébranlés. Cependant, nous continuerons ce noble combat auprès des victimes de violence de tout genre. Condamnée ou pas, nous mènerons cette lutte sans jamais fléchir ».

Par la même occasion, les activistes ont alerté l’opinion nationale et internationale sur la persécution d’une des leurs : « Nous alertons aussi l’opinion nationale et internationale sur ce qui est en train de ressembler à une persécution d’une activiste dans l’exercice de son double métier de femme défenseur et journaliste ».

Par contre, les femmes défenseurs des droits de l’homme croient ferment aux principes du double degré de juridiction en Guinée, et espèrent que le droit sera dit dans cette affaire.

Fatoumata Kaba pour Guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici