Convoquée par un décret datant du 11 mars dernier, la première session ordinaire du CES (Conseil Économique et Social) au compte de l’année 2020, s’est ouvert à Conakry, ce mardi 17 mars. La cérémonie d’ouverture s’est tenue au siège de ladite institution, en présence du ministre d’Etat, ministre de la justice, garde des sceaux, chargé des relations avec les institutions républicaines.

Au cours de cette session qui s’étendra sur une durée de deux mois (du 17 mars au 19 mai prochain), les conseillers du CES étudieront, selon Hadja Rabiatou Serah Diallo, des thèmes d’auto-saisine portant sur entre autres : l’exacerbation de la problématique foncière sur fond de crise sociale et économique en Guinée ; l’importance des infrastructures dans le développement durable de la pêche et de l’aquaculture en Guinée ; la gouvernance, facteur de développement durable et de diversité de notre pays ; la compétitivité de l’économie guinéenne.

À en croire la présidente du CES, ces thèmes d’auto-saisine sont d’une importance capitale au regard de la situation socio-économique du pays. « Face aux enjeux de gouvernance et de responsabilité citoyenne, dit-elle, il nous revient en tant que conseillers et conseillères de se pencher sur les problématiques d’actualité qui sont dans notre société durant toute cette session, les conseillères et conseillers se mettront au travail pour produire des rapports de qualité qui contribueront au développement économique et social de la Guinée ».

Prenant la parole, le ministre en charge de la Justice, Garde des Sceaux, a fait savoir que les recommandations issues de cette session permettront aux décideurs politiques et aux opérateurs économiques de faire une idée sur leurs activités et de prendre des dispositions utiles dans le cadre de la compétitivité de l’économie pays.

Avant de lancer : « la pertinence du choix des thèmes traités est avérée, car elle prend en compte des préoccupations essentielles de monsieur le président de la République et de toutes les populations guinéennes (…). Malgré la pertinence du choix de vos thèmes et la vivacité de votre diplomatie avec les résultats élogieux que l’on connaît ; vous ne devez pas reculer Madame la présidente devant vos démarches de sensibilisation des pouvoirs exécutifs et législatifs, pour les inciter à faire jouer à votre institution son rôle constitutionnel pour les questions relevant de sa compétence.»

Mohamed Soumah pour Guinee7.com