Mory Condé, ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, s’est expliqué, lundi 19 décembre 2022, sur la gestion des organisations non gouvernementales en Guinée.  Selon lui, à date, il n’est pas en mesure de dénombrer le nombre d’ONG qui exercice dans le pays.

« L’autre élément que nous avons et nous considérons comme des risques et menaces à notre sécurité nationale c’est la floraison des organisations non gouvernementales. Nous sommes le seul pays aujourd’hui, dans la sous-région où en tant qu’autorité nous ne sommes pas en mesure de façon exacte de vous dire nous disposons combien d’organisations non gouvernementales », a laissé entendre, Mory Condé, aux membres du Conseil national de la transition (CNT).

Et d’ajouter : « en plus de la non maîtrise de l’effectif des organisations non gouvernementales, c’est la floraison des sources de financement. Aujourd’hui, nous avons plusieurs voisins qui sont menacés par les questions de terrorisme et djihadisme. La plupart des organisations qui viennent faire des demandes d’agrément nous ne savons pas exactement d’où viennent les financements qu’elles doivent avoir pour laquelle nous avons décidé au niveau de la direction nationale de régulation et de promotion des mouvements associatifs et des ONG puissent être dotées d’un budget conséquent qui permettra de faire une évaluation institutionnelle de l’ensemble des organisations non gouvernementales et de définir qui est organisations non gouvernementales qui ne l’est pas. Et de mettre en place des mesures pour leur permettre de respecter scrupuleusement ces textes de loi afin d’éviter que nous soyons dans un pays où les organisations ont la possibilité de se procurer des financements d’origine illicite qui ne sont pas maîtrisés par le gouvernement. »

Bhoye Barry pour guinee7.com