Le Japon a accordé, mercredi, 11 mars, à la République de Guinée, un don hors projet d’une valeur de sept millions de dollars américains (7.000.000 DUS). Soit, plus de quarante cinq milliards de francs guinéens, rapporte l’AGP.

 

Le gouvernement japonais a fait ce don à l’occasion de la commémoration  du quatrième anniversaire du séisme et tsunami survenu dans ce pays, le 11 mars 2011.

La signature d’un échange de notes à cet effet a eu lieu, ce mercredi à Conakry, entre le ministre guinéen de la Coopération Internationale, Koutoubou Moustapha Sano et l’ambassadeur du Japon en Guinée, Naotsugu Nakano.

Ce don doit permettre au gouvernement guinéen d’acquérir, par la mise à disposition des devises, des matériels et équipements importés dans le but de soutenir le secteur privé, durement frappé par l’épidémie à virus Ebola.

Il s’agit, selon le diplomate japonais, d’un appui direct aux efforts de développement de la Guinée et de réduction de la pauvreté, en permettant un accès plus facile à des biens et équipements importés, dont l’achat en devises peut pénaliser fortement le développement économique du pays.

«Ce 11 mars, marque le quatrième anniversaire du tremblement de terre qui a ébranlé le Japon, faisant de nombreuses victimes. Et je me souviens encore des témoignages d’amitié et de sympathie, que les Guinéens nous ont témoigné à ce moment là. A mon tour, je souhaite également témoigner de l’amitié et de la sympathie de mon pays pour les victimes de l’épidémie Ebola, qui sévit depuis près d’un an en Guinée. Ce don que nous signons aujourd’hui, concerne directement ces victimes d’Ebola, puisqu’il porte, notamment sur l’amélioration du système de Santé de la Guinée», a indiqué Naotsugu Nakano.

Le ministre guinéen de la Coopération Internationale, Koutoubou Moustapha Sano a, pour sa part, salué l’élan de coopération entre les deux pays. Avant de souligner que le Japon reste et demeure l’un des partenaires privilégiés de la République de Guinée, non seulement de par sa constance, mais aussi de par la pertinence et le volume de ses contributions financières en faveur du développement de la Guinée.

AGP