A Conakry, ce vendredi 7 février, l’ambassade de la Chine en Guinée a fait le bilan sur la maladie Coronavirus qui s’est déclarée depuis un certain temps en Chine.

Cette conférence de presse a été animée par l’ambassadeur Huang Wei, le secrétaire général du ministère de la santé, Sékou Condé et le représentant de l’organisation mondiale de la santé (OMS), George Alfred Kizerbo.

Dans son discours d’ouverture, Huang Wei a tenu à informer l’opinion sur la situation actuelle de l’épidémie.  « À l’heure actuelle, la situation en Chine est encore grave. Jusqu’à aujourd’hui, on dénombre 31, 214 cas confirmés à travers le pays. Parmi eux, 637 sont décédés, et 1,562 personnes se sont rétablies et ont quitté l’hôpital. Face à l’éclatement de cette épidémie, toute la population chinoise se mobilise », a-t ’-il affirmé.

Beaucoup de cas confirmés en Chine et très peu à l’étranger

 Par ailleurs, dans la lutte contre cette maladie, la Chine ne lésine pas sur les moyens d’après le diplomate. C’est dans ce cadre qu’il a fait savoir que : « Nous avons établi un mécanisme synergique de prévention et de contrôle axé sur Wuhan, épicentre de l’épidémie, couvrant l’ensemble de la Chine. Plus de 8 000 agents sanitaires sont convoqués en première ligne à Wuhan. Nous avons construit en 10 jours 2 hôpitaux à 2 500 lits et 1 400 médecins militaires y travaillent jour et nuit, les mesures de confinement prises par le gouvernement chinois sont rigoureuses, dont plusieurs dépassent de loin les exigences du règlement sanitaire international. C’est la raison pour laquelle vous constatez beaucoup de cas confirmés en Chine et très peu à l’étranger. Jusqu’à présent, on dénombre 268 cas confirmés dans 24 Pays, dont 1 décès aux Philippines. »

Il faut éviter de pointer du doigt les gens selon leur provenance géographique ou selon leur nationalité

A son tour, Sékou Condé du ministère guinéen de la Santé, a rappelé : « Dès la notification du premier cas suite aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures essentielles, en tout premier lieu, informer pour avoir des comportements adéquats, amener la population, les professionnels de la santé à avoir l’attitude qu’il faut en pareille circonstance, mettre un dispositif de surveillance, alerte et fonctionnel, assurer les moyens de diagnostic pour la confirmation des cas, créer les conditions d’une prise en charge adéquate des cas éventuels confirmés. »

Enfin, le représentant de l’OMS, George Alfred Kizerbo a assuré que « Lutter contre l’épidémie c’est une priorité pour l’OMS et tous les autres partenaires », avant d’inviter à éviter de stigmatiser. « Il faut éviter de pointer du doigt les gens selon leur provenance géographique ou selon leur nationalité. Ce n’est pas ce qui va régler l’épidémie. C’est plus un bon niveau de préparation, un niveau de protection personnelle et collective qui va permettre de juguler celle-ci », a-t-il conseillé.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com