Le 11 novembre 2020, Colonel Mamadou Alpha Barry, ancien porte-parole de la gendarmerie nationale a été condamné à cinq ans de prison et au paiement d’une d’amande de 140 millions de GNF. Cet officier avait été reconnu coupable de « vol aggravé » par le tribunal militaire. 

Après l’énoncé de la sentence, les avocats de la défense ont interjeté appel de cette décision. Quatre mois après sa condamnation son procès en appel a débuté, ce lundi 15 mars 2021, à la Cour d’appel de Conakry.

Durant six heures d’horloge les différentes parties au procès se sont expliquées devant le juge criminel   de la Cour d’appel de Conakry. Avant de renvoyer la suite du procès au 29 mars prochain, la Cour a demandé des documents pour « mieux cerner le dossier ».

Pour Me Salifou Béavogui, un des avocats de la défense, « il appartient au ministère public de rapporter la preuve de l’accusation, il appartient à la partie civile d’apporter la preuve que les montants qu’elle réclame ont matériellement existé. Parce que depuis la première instance au tribunal militaire, à chaque fois qu’on a posé la question il (plaignant) dit qu’il a les documents à Madina ».

Toutefois Me Béavogui, regrette que depuis un an deux mois, « notre client est en détention, jusqu’à présent aucune preuve n’a été présentée devant le tribunal ou la Cour pour dire que ces montants ont existé. Ces montants n’ont jamais existé ».

De son côté, Me Mohamed Lamine Sylla, avocat de la partie civile, soutient: « nous serons en mesure de revoir notre livre de commerce où il y a des factures, des documents pour soutenir les moyens que nous tentons de développer à la Cour d’appel. »

Avant de préciser : « nous ne soufrons pas de preuves, ce vol aggravé est réel.»

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199