Cour suprême. Le Col. Barry sera fixé sur son sort dans deux semaines

L’affaire opposant le Colonel Mamadou Alpha Barry et l’opérateur Ibrahima Diallo était en jugement, ce mardi 9 novembre, à la Cour suprême. C’est suite à un pourvoi en cassation introduit par les avocats de l’officier de la gendarmerie nationale.

Pour rappel Colonel Barry, ex-porte-parole de la Gendarmerie nationale a été poursuivi et condamné par le tribunal militaire pour vol aggravé à la requête de M. Ibrahima Diallo. Après avoir interjeté appel au niveau de la Cour d’appel, l’accusé a une nouvelle fois été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés et condamné à cinq ans d’emprisonnement ferme assortis d’un an de sursis et au paiement de 140 millions fg à la partie civile par la chambre spéciale des affaires criminelles de la cour d’appel de Conakry.

Prenant la parole, face aux magistrats de la Cour suprême ce mardi, Me Salifou Béavogui avocat du Colonel Barry (qui était d’ailleurs absent), a tout simple demandé la suspension de l’exécution de l’arrêt ayant condamné son client.

Me Salifou Béavogui

« Notre client a été condamné arbitrairement, à payer 140 millions fg à la partie civile, un montant qu’il ne doit nullement pas. Parce qu’après tout, le colonel Mamadou Alpha reconnaît avoir prélevé les 10% -ce qui n’est pas légal-, il faut le reconnaître, mais il a remboursé déjà les 9.000 dollars et surabondamment, il a déposé 50 millions fg aussi. Donc il n’y a plus de raison qu’il soit condamné au paiement de 140 millions fg, c’est injuste et c’est arbitraire », a-t-il expliqué.

Avant de déclarer : « Nous sommes venus devant la cour suprême pour demander la suspension de l’exécution de l’arrêt qui l’a condamné devant la cour d’appel pour ne pas qu’un huissier de justice soit à ses trousses pour saisir ses avoirs ou ses biens. Cet arrêt de sursis peut même nous permettre d’obtenir sa remise en liberté à travers d’autres démarches procédurales ».

Et comme on pouvait s’y attendre, l’avocat de la partie civile Me Mohamed Lamine Sylla s’est aussitôt montré défavorable à cette sollicitation de la défense.

Me Mohamed Lamine Sylla

« Ce qui est sûr c’est que les numéraires soustraits appartenant à monsieur Ibrahima Diallo ont été soustraits par le Colonel Mamadou Alpha lorsque celui-là a été arrêté arbitrairement. Nous savons que c’est ce qui est réel et qu’il ne s’agit pas d’un procès de règlement de compte ou d’un procès politique », a déclaré Me. Sylla.

Pour tout dire, « la procédure de sursis paraît pour nous comme une procédure dilatoire, parce que le sursis va empêcher M. Ibrahima dans ses droits. Alors que les numéraires qui ont été soustraits font partie du fond du commerce de mon client… ce qui est sûr, la suspension de l’application de l’arrêt va nous causer préjudice ».

De son côté, le représentant du ministère public a tout d’abord déploré le fait que le colonel Alpha Barry qui, selon lui, n’est pas n’importe qui soit mêlé à une telle affaire. Avant de solliciter à la Cour de rejeter tout simplement le sursis à l’exécution de l’arrêt condamnant l’accusé, car pour lui, ce dernier a déjà commencé à payer l’argent qu’il doit au plaignant.

Après avoir écouté toutes les parties, le juge a décidé de mettre l’affaire en délibéré le 23 novembre prochain.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.