Rencontré ce lundi 1er juin, alors qu’il sortait d’une réunion avec les autorités religieuses et administratives de la préfecture de Coyah, Aziz Diop,  le préfet de cette ville récemment secouée par des manifestations contre les barrages, nous a confié les nouvelles mesures qu’il compte mettre en place pour le respect des mesures barrières, afin de lutter contre le COVID-19. 

À la question de savoir ce qu’il pense du fait que certains citoyens de la localité refusent de porter des masques, le préfet indique : « à ma prise de service il y a une semaine, j’ai constaté comme tout le monde, qu’il y a une banalisation de cette maladie à Coyah. Et que les citoyens refusent de porter les masques pour se protéger, mais protéger aussi les autres. C’est dans cet esprit là ce matin, que j’ai convoqué une réunion avec l’ensemble des chefs de quartier, conseils de quartier, des sages de Coyah et le maire de la commune urbaine de Coyah, pour analyser la situation et se demander pourquoi cela ? Or Coyah fait partie du grand Conakry ; la plupart des citoyens de Coyah travaillent à Conakry et reviennent dormir, côtoyer les autres qui sont à Coyah.»

Notre interlocuteur poursuit : « les statistiques également démontrent que la pandémie est plus forte à Coyah aujourd’hui. Donc j’ai demandé de mettre dès aujourd’hui le comité de riposte préfectoral, présidé par le préfet. De décentraliser le comité de riposte dans les communes et dans les quartiers. Nous ferons une décision dans ce sens, pour que nous puissions accompagner les professionnels de la santé et notre travail consistera à sensibiliser les populations, pour dire que c’est une maladie qui existe et que c’est une maladie qu’il faut considérer ; parce que nous sommes en guerre contre cette pandémie là. Les professionnels de la santé continueront à accompagner les cas contacts, les cas évidents et à se référer à Conakry. Mais nous avons aussi un plan de riposte que la DPS (direction préfectorale de la santé NDLR) m’a soumis, pour que les tests soient faits à Coyah. Parce que la plupart des cas avérés positifs, les examens ont été effectués à Conakry. Mais comme ils logent à Coyah, on se réfère à la référence de Coyah. Nous allons maintenant avoir la situation réelle à Coyah, pour que nous puissions déployer tous les efforts nécessaires pour que cette pandémie là soit boutée en dehors de Coyah» a-t-il énuméré plus loin. 

Le préfet Diop a annoncé ensuite de nouvelles mesures avec fermeté. «J’ai été très clair. Je suis une autorité. On ne peut pas m’influencer, j’assume mes responsabilités. Si je n’assume pas qu’on m’enlève, je ne suis pas fait pour être préfet. Je suis d’abord citoyen. Mais quand je prends une décision, je l’applique et je vais jusqu’au bout. C’est pourquoi on a dit aux administrateurs des marchés, si je constate une seule marchande qui ne porte pas de masque, je le suspend de ses fonctions. J’ai instruis le maire, si le marché n’est pas fermé à 16h, moi je ne vais pas aller prendre une dame, je prends l’administrateur du marché, parce que les responsabilités sont décentralisées ; donc les conséquences, c’est l’administrateur du marché.»

« nous on décentralise, d’abord, les chefs de quartier sont dans les quartiers, il y a  les chefs secteur. Mais j’ai dit, je vais dans un quartier, je constate qu’un seul citoyen n’a pas de bavette, je fais un avertissement au chef de quartier. S’il y a trois avertissements, je te suspends de tes fonctions. Avant qu’on ne dise que c’est Aziz Diop, après on dit que c’est Alpha Condé, parce que ça commence là. Or l’Etat c’est la base. Si chacun jouait son rôle, on ne serait pas là. Voilà ces mesures draconiennes. Et moi-même je vais sur le terrain.  Maintenant ceux qui veulent par rapport à ça créer la rébellion, ils verront l’Etat face à eux. Parce que rien ne justifie qu’on ne porte pas de masque particulièrement à Coyah. Et il y a un relâchement par rapport aux orientations du gouvernement en matière de lutte contre cette pandémie. Vous allez maintenant dans les lieux publics, les mariages, c’est comme s’il n y a pas de pandémie. Plus de 50 personnes, 60 personnes, dans les restaurants. On va prendre des dispositions pour ça» a-t-il enfin annoncé. 

Abdou Lory Sylla à Coyah pour guinee7.com

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.