Aladji Cellou, journaliste

Le directeur de l’Information et des Relations Publiques de l’Armée (DIRPA), M. Aladj Cellou Camara, annonce que ‘‘les plongeurs touchent au but. Des débris rejoignent la terre ferme. L’épave en voie de « repêchage ». L’Atlantique continue de restituer à l’armée guinéenne ce qui lui appartient et appartient par conséquent à la Guinée ’’.

Pour rappel, le 6 août 2019, aux environs de 10h30, un hélicoptère de type “Écureuil” de l’armée de l’air guinéenne s’est abîmé aux larges de Conakry, avec deux membres d’équipage.

Hier, la DIRPA annonçait que ‘‘la cellule de crise, mise en place par le ministère de la Défense nationale suite à l’accident d’un hélicoptère de l’Armée de l’air, reprend ses travaux ce matin. Les plongeurs-sauveteurs commencent à rallier la zone de recherches. Suite à des indices détectés durant la nuit, un périmètre restreint a été délimité par la Marine nationale. Les conditions météorologiques de ces dernières 24h et le relief rocheux (accidenté) de la zone supposée où « l’Ecureuil » s’est abîmé n’ont pas facilité le travail des secouristes. De nombreux moyens logistiques disponibles ne peuvent accéder à ladite zone. D’autres techniques d’approche vont être testées dans la matinée’’.

Avant d’alerter : ‘‘plus de 24 heures après le crash en mer de “l’Ecureuil” de l’Armée de l’air guinéenne, les chances de retrouver des survivants s’amenuisent’’.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com