Prenant la parole, ce mercredi, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du 2ème congrès national de la Fédération Syndicale Autonome des Télécommunications (FESATEL), le secrétaire général de l’USTG (Union Syndicale des Travailleurs de Guinée), Abdoulaye Sow, a haussé le ton par rapport à des structures syndicales qu’il traite de « fantômes » et qui, selon lui, sont créées par le pouvoir en place dans le but de distraire les vrais syndicalistes guinéens dans leur combat.

« Notre combat dans le temps avait donné une place prépondérante au syndicat qui est en train, aujourd’hui, de s’effriter par la division. Aujourd’hui, on crée des syndicats artificiels, des syndicats fantômes qui sont créés par arrêtés et par décrets », a fait entendre le camarade Sow, avant d’ajouter: « J’ai entendu un ministre de la République dire récemment, « mon » syndicat ; ce qui est inacceptable ».

Selon lui, « le syndicat doit être l’émanation des travailleurs ; c’est une association. L’État n’a pas à s’y mêler. Aujourd’hui, quand tu entends les uns et les autres parler dans les radios et réseaux sociaux, tu as comme l’impression que la Guinée leur appartient à eux seuls. Mais les syndicats, nous restons sereins. Nous sommes rassurés que les travailleurs de Guinée, tous corps confondus, font confiance aux syndicats (…) ».

Plus loin, le premier responsable de l’USTG a appelé « les uns et les autres qui veulent distraire ce pays, d’arrêter et d’être avec le mouvement syndical… Nous défendons la bonne cause. Nous ne voulons pas que nous soyons dans un pays riche et que le Guinéen continue à être pauvre. Nous devons nous battre pour que le Guinéen vive plus que les autres. Je le dis à qui veut l’entendre, la Guinée devrait être un eldorado. Tout le monde devrait penser à avoir un visa pour venir en Guinée, mais nous sommes pauvres. Ceux qui rendent pauvres, aujourd’hui, veulent profiter de la Guinée, nous ne l’accepterons pas ».

Dans la même lancée, Abdoulaye Sow a également souligné : « Nous gardons la sérénité ; au moment venu, nous allons sévir pour que la paix, la sérénité et le développement économique et social deviennent une réalité dans notre pays, c’est le but de notre combat. Le combat pour le développement économique, social et culturel ».

Pour terminer, l’ex-numéro un de la FESABAG a déclaré : « Je voudrais booster toutes les énergies de tous les syndicalistes épris de paix, de justice et de sécurité, pour qu’on se lève, pour que nous puissions conduire notre pays vers une bonne destination. Nous ne voulons pas la pagaille dans ce pays. Ceux qui veulent instaurer la pagaille dans ce pays nous trouveront sur leur chemin ».

À noter que ces propos du camarade Abdoulaye Sow ont été tenus en présence des responsables du gouvernement.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com