Des membres  des coordinations régionales ont été reçus, mardi 26 janvier, par le président de l’Assemblée nationale. Ils étaient venus pour avoir plus d’informations sur la résolution qui a été prise par l’Assemblée nationale concernant les organisations régionales  et organisations assimilées en République de Guinée. 

D’entrée de jeu, Amadou Damaro Camara, président du parlement a rappelé qu’: « Une résolution n’est pas une loi. Une résolution interpelle.  La résolution attire l’attention. Une résolution exprime une inquiétude. Une résolution invite à quelque chose. Et je crois que l’Assemblée nationale est bien dans son rôle en s’inquiétant des tournures que certaines relations dans le pays prenaient. »  

il y a une différence entre les sages et les vieux

Ensuite il a donné plusieurs raisons qui ont poussé les députés à voter cette résolution.  Parmi lesquelles, « c’est l’autorité de l’État. L’autorité de l’État, nous avons constaté qu’elle n’est plus du tout respectée. Le juge ne peut plus appliquer ses décisions de justice si ça ne plaît pas au Sotikemo ou au Conseil des sages. Les députés de l’Assemblée nationale sont issus des familles. Nous avons tous des sages. Nous devons respecter les sages, personne n’est contre les sages. Mais aujourd’hui dans la pratique, il y a une différence entre les sages et les vieux. Une nette différence entre les sages et les vieux. Il y a des vieux qui sont moins sages… », a dit Damaro Camara. 

Le président de l’Assemblée a notifié aux sages présents, le désir de l’Assemblée nationale de réglementer les activités des coordinations régionales. 

« Nous voulons vous demander très humblement, on a besoin d’encadrer vos activités. On a besoin que vous nous donniez des idées. Nous notre idée c’est quoi ? On ne veut une organisation basée sur la langue. On veut avoir quatre interlocuteurs. On doit avoir des interlocuteurs en Basse côte pour régler les problèmes sociaux en Base Guinée. Des interlocuteurs en Moyenne Guinée pour régler les problèmes de la Moyenne Guinée géographiquement. Nous voulons avoir une coordination en Haute Guinée pour régler socialement les problèmes de la Haute Guinée et comme la Forêt. On ne peut faire face à toute les organisations… il y a tellement de sous-groupes éparpillés partout que personne ne peut s’en sortir », a demandé, Amadou Damaro Camara tout en suggérant de le faire dans un document. 

Elhadj Ahmadou Togba, président des sages de la coordination de la Guinée-forestière, au nom des autres sages des coordinations présentes a demandé au président  Damaro de leur accorder un temps.

« Nous voulons bien nous organiser et nous saurons nous organiser. C’est de nous laisser le temps, nous allons essayer de nous retrouver. Nous pensons que nous qui sommes là,  nous constituons une sommité réelle. Parce que, chaque fois qu’il y a des moments difficiles, nous intervenons, nous faisons des déclarations. Nous voudrons vous demander de nous laisser le temps pour nous retrouver, nous allons discuter et préparer un document que vous avez recommandé », a demandé, Elhadj Ahmadou Togba.

Bhoye Barry pour guinee7.com 

00224 628 705 199