Après qu’Amadou Damaro Camara ait été élu ce mardi comme président de l’assemblée nationale de la république de Guinée pour les cinq (5) prochaines années, Souleymane Keita, conseiller du Président de la république, que nous avons joint au téléphone, nous a confié ses impressions et celles du parti au pouvoir.

Guinee7com : en tant que cadre du parti au pouvoir, quel est votre sentiment ?

Souleymane Keïta : nous sommes plutôt satisfaits. Pas seulement en tant que Souleymane Keïta. Mais au niveau de la mouvance présidentielle, au niveau du RPG, c’est la satisfaction totale. Parce que nous avons tenu malgré toutes les difficultés que vous connaissez ; le contexte dans lequel nous avons battu campagne et aujourd’hui qu’on arrive à élire notre président de l’assemblée nationale, le RPG est content et très satisfait. Surtout que le choix soit l’honorable Amadou Damaro Camara, nous pensons qu’on a fait ce qu’on devrait faire en tant que parti politique responsable.

Parlant de ce choix, s’agissait-il d’un consensus des députés du RPG AEC, ou une injonction du Président de la république ?

Je crois que ce n’est pas honnête de dire que c’est un choix imposé. L’assemblée nationale actuelle. En tout cas la liste des députés du RPG arc-en-ciel est composée de militants, de sympathisants, de personnes ressources, de plusieurs tendances. Au niveau du RPG, il y a le principe de la discipline. Qui fait que chaque responsable du parti, en dehors même d’une question d’élection, chacun se soumet à la ligne directrice du parti. Dès après la proclamation des résultats définitifs par la cour constitutionnelle, les députés du RPG arc-en-ciel de concert avec la direction nationale du parti ont entamé plusieurs discussions, qui ont abouti au choix de notre candidat unique. N’oubliez pas que ce n’est pas seulement le RPG qui est à l’assemblée nationale ; il y a d’autres partis politiques de l’opposition. Certes, qui n’ont pas la majorité, mais nous avons tenu à ce que le RPG comme à l’accoutumée présente un candidat consensuel. Et nous sommes parvenus à ce choix consensuel. Ce choix que l’honorable Damaro a eu le privilège d’être. Du coup, c’est le choix de tous les députés. Ni de près ni de loin le Président de la république n’a été associé à cette démarche. La preuve ? c’est le président sortant, l’honorable Claude Kory Kondiano, lui-même qui nous a expliqué les délibérations… de la direction nationale du parti de concert bien entendu avec l’ensemble des députés. Donc c’est le choix du parti sur la base d’un travail minutieux qui a été fait par les autorités concernées et par nous tous.

Pensez-vous que Damaro peut rassembler tant au sein de l’assemblée que du parti ?

Vous savez, la posture d’un homme détermine son langage. Aujourd’hui vous parlez de l’honorable Damaro Camara, président de l’assemblée nationale. Ce qui lui donne une certaine distance par rapport au simple député ou président du groupe parlementaire RPG qu’il était par le passé. Aujourd’hui, il est le président de l’assemblée nationale. Et nous sommes convaincus ; je suis personnellement convaincu que c’est un homme pétri de talent qui a le sens de l’histoire de la Guinée et contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, l’honorable Damaro est un grand rassembleur et qui sera capable de faire en sorte que cette législature soit l’une des meilleures, en tout cas des différentes assemblées qui se sont succédées au niveau du parlement guinéen.

Nous ne doutons pas de ses compétences intellectuelles, mais aussi de son sens aigu d’analyse politique, sans oublier son engagement pour les Guinéens. Mais aussi sa fidélité à la vision de notre cher Président, le professeur Alpha Condé, dont on est en train de mettre en œuvre la vision, conformément à son projet de société. Je vous rassure que l’honorable Damaro est un rassembleur. Mais souvent, les gens sont amenés à faire des jugements émotifs, parce que tout simplement, on ne parvient pas à avoir l’esprit de discernement, qui souvent est écourté par nos sentiments personnels. Mais croyez-moi l’honorable Damaro président de l’assemblée national, cela va permettre non seulement au sein de l’assemblée de faire un travail d’éthique dans l’intérêt exclusif du peuple de Guinée, mais faire en sorte que nous pussions avec l’ensemble de la classe politique, y compris la classe politique extraparlementaire, d’arriver à renouer le dialogue, discuter, pour faire avancer notre pays pour les cinq années à venir. Nous n’avons aucun doute. Quand les gens défendent des positions politiques, vous défendez chacun l‘intérêt de votre parti. Cela ne signifie pas qu’on est extrémiste ou un homme va-t-en-guerre. A ce que je sache, il n’a jamais été un homme va-t-en-guerre.

Interview réalisée par Abdou Lory Sylla pour guinee7.com