L’opposition dite républicaine guinéenne s’est réunie, ce mercredi 9 octobre 2019, chez Elhadj Mamadou Sylla, président de l’Union démocratique de Guinée (UDG), à Dixinn Bora. Selon le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalen Diallo, cette rencontre avait pour objet la mise en place d’une stratégie pour les futures manifestations.

« On a parlé de comment l’opposition républicaine peut contribuer à la réussite de la manifestation (du 14 octobre prochain) », a déclaré le président de l’Union des forces démocratique de Guinée (UFDG), au sortir de cette réunion avec ses pairs de l’opposition.  

« Ils veulent dire que c’est l’opposition et le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) qui sont responsables ; mais qui a refusé de mettre en place les chefs de quartiers et conseils régionaux, alors que la loi le prescrit de manière claire et limpide ? Qui a refusé de mettre en place la Haute cour de justice ? Qui a refusé à ce que la CENI élabore un chronogramme réaliste et respectueux des délais opérationnels ? Qui a brimé les citoyens en refusant d’appliquer la loi ? On a fait des campagnes pour obtenir ça », réagit Cellou Dalein à la sortie médiatique du ministre de l’Administration du territoire, le général Bouréma Condé.  

Il poursuit en disant : « Ils ont décidé de violer la constitution, en s’octroyant un 3ème mandat, en adoptant une nouvelle constitution. Quel est le motif pertinent qu’ils vous donnent ? Qu’est-ce qu’on reproche à la constitution ? », s’est-il interrogé avant de répondre : « Il n’y a rien, sauf qu’elle ne permet pas un troisième mandat. La parade qu’ils ont trouvée : “même si on maintient l’ancienne constitution, dès lors qu’elle sera adoptée, on sera dans une nouvelle République, les compteurs seront à zéro et on ne sera plus lié aux deux mandats exercés par Alpha Condé” ».

C’est pourquoi, Cellou Dalein est catégorique sur sa position : « Il n’y a pas de motif ; il faut qu’on arrête cette mascarade qui est en cours… Il faut qu’on arrête ce processus qui vise à octroyer trois mandats à M. Alpha Condé ».

Depuis l’annonce des manifestations par le FNDC, plusieurs personnes disent que celui-ci veut perturber l’année scolaire qui vient à peine de commencer. Sur ce point également, le chef de file de l’opposition s’interroge : « Qui perturbe ? Qui viole la loi et le droit des citoyens ? »

Selon lui : « La paix ne s’obtient pas par l’exhortation ; on l’obtient par le respect de la loi, du droit des autres et de la justice. C’est eux qui sont à l’origine de la crise dans laquelle on va rentrer nécessairement ; ils ne peuvent pas continuer à violer le droit des autres, des partis politiques, des organisations de la société civile et des journalistes, et dire lorsqu’on proteste contre la violation de ces droits, qu’on viole la loi et qu’on perturbe l’ordre public. Vous savez dans les dictatures, lorsque tu manifestes et exerces un droit républicain qui les gêne, ils disent c’est l’ordre public. C’est au nom de l’ordre public qu’il y a eu le massacre au stade du 28 septembre. Lorsque vous les écoutez aujourd’hui, c’est le même discours qui se tenait à la veille des événements du 28 septembre 2009 », avertit Cellou Dalein.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199