La question sur l’élaboration de la nouvelle constitution a été posée, mercredi, au président du Conseil national de la Transition, Dr Dansa Kourouma, en marge d’un atelier du CNT qui s’est ouvert à Maferinyah, un peu plus de 50 Km de Conakry.

« Le travail est très avancé. Je peux vous le garantir. Une constitution n’est pas seulement une juxtaposition de mots et de phrases. C’est l’expression ou c’est la réponse aux problèmes et aux questionnements de la population. Sur le plan institutionnel, sur le plan politique, sur le plan économique, sur le plan social et sur le plan culturel. Alors cette méditation est en cours. La dernière mission doit se tenir incha Allah d’ici la fin de ce mois; la mission d’immersion au Ghana. C’est le seul pays qu’il nous reste. Aujourd’hui nous avons une masse critique d’informations qui nous permettent de mettre en place des réformes institutionnelles qui soient en mesure comme l’a souhaité le président, de résister au temps et à la tentation des hommes. En effet, nous avons tous les éléments, tous les ingrédients pour préparer la nouvelle sauce constitutionnelle qui ne doit pas être trop salée, ni trop épicée. Donc cette constitution là, nous ne faisons pas de course à la montre, nous faisons la course au réalisme et aux attentes de la population. Ceci nous permettra dès ce mois de décembre, de tenir par la grâce de Dieu le symposium sur le constitutionnalisme qui est là première activité essentielle, pour l’élaboration, d’abord  la compréhension du choix constitutionnel. Et d’avoir les éléments d’appréciations des experts nationaux et internationaux sur les choix que les Guinéens doivent opérer par rapport aux futures institutions qui doivent garantir la période post transitionnelle… », telle est sa réponse.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.