Le président du l’Observatoire National des Droits de l’Homme (ONDH) et spécialiste des questions de défense et de sécurité, Mamadou Aliou Barry, a déploré le silence de l’actuelle présidente du Conseil économique et social (CES), Hadja Rabiatou Sérah Diallo, sur le débat autour de la constitution.

« Si vous regardez le débat sur la constitution actuelle, moi il y a quelque chose qui me gêne beaucoup, c’est le silence de l’actuelle présidente du Conseil économique et social qui a été la présidente de ceux qui ont généré cette constitution », a fait savoir Aliou Barry, président de l’ONDH, avant d’accuser : « Elle ne dit rien, parce qu’elle a rejoint le camp (la mouvance présidentielle, ndlr) ».

Parlant de la multiplication des plateformes de la société civile qui naissent du jour au lendemain, Aliou Barry trouve normale cette multiplication. Car pour lui, il est très facile de corrompre une seule structure, mais si elles sont plusieurs, les autres vont continuer la lutte.

« Aujourd’hui, vous prenez le FNDC ; si on laisse le FNDC seul sur le terrain devant un régime autoritaire, en face d’un régime qui ne recule pas devant les billets de banques et Dieu seul sait beaucoup de citoyens guinéens, vu leurs conditions de travail, vu que tout le monde est à l’affût de décret et de promotion sociale, c’est très facile de démobiliser une seule institution. Mais si on met plusieurs plateformes qui œuvrent pour le même objectif, c’est pourquoi je dis “Le Réveil” n’est pas là pour enterrer les autres organisations », a expliqué Aliou Barry, lors d’une conférence de presse tenue vendredi dernier, à Conakry.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici