Celui qui était à l’avant-garde de la lutte contre la corruption François Falcom est décédé lundi dernier dès suites d’une crise. La disparition de François Falcom est une lourde perte pour la Guinée entière, tant ce cadre compétent était réputé pour son intégrité et son amour pour la patrie.

Le décès de Mohamed François Falcone, Directeur Exécutif de l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption et de Promotion de la Bonne Gouvernance a été annoncé lundi dernier dans un communiqué de la Présidence de la République. Décès survenu le dimanche 16 novembre à Conakry des suites d’une courte maladie, précise le communiqué.  Le défunt est né le 10 Février 1966 à Kindia, préfecture de la Basse Guinée et était marié et père d’un garçon.

Le président  Alpha Condé a mis l’occasion à profit pour  présenter ‘’ses condoléances les plus attristées à la famille éplorée, ainsi qu’à l’ensemble du peuple de Guinée.’’

A noter que l’agence nationale de lutte contre la corruption (ANLC) évolue dans ‘’la stratégie  d’accompagnement du gouvernement dans la prévention, la détection, la poursuite et la répression de la corruption et des actes similaires’’. Elle mène des investigations et transmet ses dossiers au président guinéen dont elle relève et au ministre de la Justice pour les dispositions appropriées.

Dans l’un de ses entretiens accordés à notre rédaction, Falcom disait que l’ANLC ‘’influence la gestion de l’Etat dans le sens de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. Mais qu’elle ne peut pas jouer le rôle de policier, ayant une plus un  rôle de prévention et d’investigation.’’

Concernant les cas de  malversations qu’on attribue à des commis de l’Etat, le Directeur Exécutif de l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption et de Promotion de la Bonne Gouvernance avait trouvé cela comme ‘’Une exaspération et un cri de cœur. Et c’est pourquoi la mobilisation des acteurs est nécessaire pour faire écho des résultats des médias’’, avait-il indiqué.

Que l’âme de Mohamed François Falcone repose en paix !

AS