La 135ème fête internationale de travail a été célébrée en Guinée sur fond de division des structures syndicales.

La preuve ? Sur la question du SMIG, l’inter-centrale CNTG-USTG, dirigée par Amadou Diallo, a demandé au gouvernement le relèvement du Salaire minimum interprofessionnel garanti de « 440 000 GNF à 900 000 GNF ».

Quant au mouvement syndical guinéen -UGTG, COSATREG, CGFOG, SLECG, ONSL, GCGTG, CGSL, SIFOG, UDTG, CONASIG et UNTG- chaperonné par le bouillant Aboubacar Soumah, il a demandé à l’Etat de valoriser le SIMG à hauteur de 1. 500. 000 GNF.

Amadou Diallo

Sur un autre point des cahiers de charge, le camp d’Amadou Diallo, sans donner un chiffre, demande à l’Etat « l’augmentation des salaires indiciaires des travailleurs et des pensions de retraite en tenant compte du panier de la ménagère » ; l’autre camp demande une « augmentation de 50% du salaire indiciaire des fonctionnaires et les pensions ».  

Des propositions totalement différentes pour l’administration publique guinéenne. L’inter-centrale dont la tête de pont est la plus vieille et puissante centrale -la CNTG- est restée dans sa politique de demande raisonnable contrairement au camp mené par le SLECG de Aboubacar Soumah, qui ont se rappelle, avait demandé un salaire minimum de 8 millions de GNF pour les enseignants. Avant d’abandonner le projet qui paraissait utopique.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.