Des articles circulent sur la toile depuis quelques jours faisant écho d’une plainte déposée contre la personne d’Aboubacar Sylla, Président de l’Union des Forces du Changement (UFC) et porte-parole de l’opposition auprès du Tribunal de première instance de Dixinn. Pour une soit disant ‘’vente d’un domaine familial, léguée par sa mère’’.

La maison dont il est fait mention dans ces articles de presse a été en réalité construite par Aboubacar Sylla en 1995 pour y héberger sa mère. Le titre foncier de cette demeure située dans la commune de Ratoma en fait foi

C’est le lieu de préciser à l’attention de l’opinion que le défunt père d’Aboubacar Sylla était d’une intégrité et d’une probité morale rarement égalées et souvent citées en exemple. Pour qui connait la famille Sylla, le véritable héritage dont ses enfants ont pu bénéficier a été celui d’une bonne éducation.

Mises à part les concessions familiales à Kindia et à Labé, la famille n’a hérité d’aucun autre bien immobilier. Tous les parents, proches et amis le savent.

Pour revenir à cette demeure qui fait l’objet de polémique, cela n’a pas lieu d’être, pour la simple raison qu’il s’agit bien d’une propriété bâtie par Aboubacar Sylla seul sur un terrain acheté par lui seul. Abdoulaye Top Sylla, journaliste et frère de l’intéressé l’a confirmé dans une déclaration publique.

La mise en vente de la maison n’a été décidée que cinq ans après le décès de sa mère.

Quant à la raison de cette vente, elle était toute simple à l’époque, et portait sur le fait que la maison était en train de tomber complètement en ruine, puisqu’inoccupée depuis le décès de leur maman.

Pour prévenir donc cette dégradation, et dans le but d’assurer également le voyage médical à l’étranger de son frère, Mohamed Sylla, gravement malade, Aboubacar Sylla a procédé à la vente de la villa non sans en avoir informé auparavant tous ses frères et sœurs dont certains ont même contribué à la recherche d’acheteurs.

Et cette vente a d’ailleurs profité aux différents membres de la famille, qui se sont vu offrir gracieusement des montants significatifs pour améliorer leur situation, comme en témoignent Abdoulaye Top Sylla et Mme Youla Aicha Sylla, la sœur de lait du porte-parole de l’opposition. (…)

Qu’on en vienne à ergoter sur ce fait divers banal relève de la vilénie. Cette démarche a pour but simplement de jeter le discrédit par de fausses accusations, sur le porte-parole de l’opposition.

Cette cabale montée de toutes pièces par des gens tapis dans l’ombre, profitant des bonnes grâces d’un pouvoir ébranlé par les dernières décisions de l’opposition ne saurait prospérer.

C’est bien là une vieille recette prisée de certains apprentis sorciers, s’inspirant des Marxistes, réputés dans les mises en cause, les amalgames, la manipulation de parents d’adversaires politiques et la présentation faussée des événements.

Qu’ils se détrompent, car cela ne saurait distraire l’opinion, désabusée par ces vendeurs d’illusions, ni saper le moral ou affecter l’engagement d’Aboubacar Sylla dont tout le monde connait la force des convictions.

Mamadou Dian Baldé, directeur des publications L’Indépendant et le Démocrate

Publicités