Lors de la conférence qu’il a animée ce lundi 22 février, à Conakry, avec ses pairs du gouvernement, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire, Ibrahima Kourouma, a été interpellé sur les différents signes inscrits sur certains bâtiments qui, d’après des citoyens, annulent l’annotation de démolition.

Répondant à la question, le ministre a fermement déclaré que cela n’a aucun effet. « Certaines personnes, quand on met la croix dessus, viennent mettre le rond eux-mêmes, pour dire que c’est zéro, c’est annulé… Il n’y a pas une équipe qui met la croix et qui quelques temps après vient l’encercler. Ce sont les populations elles-mêmes. Parce que c’est elles qui définissent qu’une fois encerclé, ça veut dire que c’est nul. Qu’elles se détrompent. Les machines sont passées, elles reviendront tant que quelqu’un occupera un centimètre de l’emprise de la route, il sera dégagé. Parce que nous n’aurons pas des bâtiments en Guinée comme ça ne se doit pas. Dans le code de la construction, il y a une ligne qui doit être respectée. Tous les bâtiments doivent être en rang. Ceux qui viendront faire l’opération de démolition tiendront compte de la ligne. Parce qu’ils savent très bien quelle est l’emprise. C’est 40 mètres, c’est 25 mètres, c’est 15 mètres en fonction de la route. A ce niveau, il faut que chacun comprenne qu’on n’est pas dupe. »

A noter que lors de cette conférence, les différents intervenants ont rassuré qu’aucun occupant du domaine de l’Etat ne sera « épargné », et cela même sur le littoral.

Abdou Lory Sylla pour guinee7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.