Je viens d’apprendre cette absurdité : pour se rendre désormais à Dinguiraye, il faut un ” visa d’entrée” délivré par un ours mal léché nommé Maréga.

Qui serait ainsi devenu le « propriétaire » de la ville, alors que, ironie du sort, il n’est même pas considéré comme l’un de ses dignes fils. Ou l’un de ses fils légitimes tout simplement.

Notre « honorable » de pacotille qui n’est lié à Dinguiraye où il ne vit pas, que par la politique et n’y retourne par conséquent que pour battre campagne, pense pouvoir continuer de se servir de Dinguiraye au lieu de servir ses citoyens qu’il cherche désespérément à diviser. Sa devise qui prend à contrepied celle du parti dont il se réclame est plutôt : Désunir et se servir !

Une fois n’est pas coutume ! Je n”ai pas pour habitude de répondre à un homme rejeté et haï de tous, parce que frappé du sceau de la malédiction et vivant l’enfer avant l’heure.

Mais on aurait tort de ne pas rappeler à certains parfois ce qu’ils sont, au-delà de ce qu’ils s’imaginent être par vanité et aussi pour tromper les personnes de bonne foi.

Surtout quand on a affaire à des bouffons du genre de ce Maréga, sorti de nulle part et arrivé à rien comme tous les ” enfants gâtés”. Un balourd « importé » devrait être pourtant mal à l’aise pour parler de Dinguirage et à Dinguiraye, oú il est perçu plutôt comme une grosse mouche dans un bol de lait.

Fréquenté de personne, incapable de s’adresser aux populations pour lesquelles il est un vulgaire intrus ne parlant aucune langue du terroir, la décence aurait voulu qu’il nous fasse l’économie de ses éructations immondes. Pathétique!

Pour Dinguiraye, c’est un hurluberlu qui y a été parachuté par l’UFDG par devoir de mémoire – honorer la mémoire de Ba Mamadou, et pour aussi montrer la reconnaissance de Cellou Dalein Diallo à sa famille de lui avoir cédé la présidence du parti.

Voilà donc un grossier personnage qui n’a de mérite et pour seul fait d’arme que d’être le neveu de…

Notre dépité sans adresse, ni référence chez les prétendus siens, a été élu, pour ceux qui ne s’en souviendraient plus, par procuration d’un parti qui a abusé de sa position ultra-dominante d’alors pour l’imposer à Dinguiraye.

Il le lui fera payer cher, en taxant l’UFDG publiquement de parti de peulhs et clanique après avoir été recalé à la députation, lorsque L’UFDG s’est rendu compte de son erreur de parier sur un “petit politichien”, paria “chez lui”.

Et Dinguiraye aussi a fait payer un lourd tribut à l’UFDG, pour cette légèreté qui a consisté à l’avoir forcé la main pour ce mal-aimé, en lui faisant subir au profit d’un dissident du parti, fils bon teint de Dinguiraye, une défaite historique.

Cet ingrat qui a craché sur L’UFDG y est toujours, ce malgré le parti agacé qu’il profite de toutes les occasions pour invoquer sa relation de famille avec feu Ba Mamadou pour avoir droit à la parole et droit de cité, non sans arrogance et mépris pour les autres.

Ce Quasimodo bedonnant fait encore parler de lui, en mal comme à son habitude.

Cellou et L’UFDG, eux-mêmes, ne savent que faire de ce pitre, surtout qu’il n’arrête pas de souiller et vilipender partout son propre camp pour l’avoir mis de côté à cause de son inculture et de ses nombreux dérapages.

En tout cas, Cellou Dalein Diallo est devenu son souffre-douleur parfait. Il le diffame sans vergogne devant tous ses interlocuteurs et à longueur de journées, à cause des mauvais choix politiques qu’il ferait. Ceux, en réalité, qu’il ne ferait pas dans son intérêt à lui qui a trop attendu son heure, et pense que cette fois c’est la bonne. Il ne faudrait pas être étonné demain de le voir ailleurs si son espoir était déçu, parce que ce pantouflard s’est retrouvé dans l’opposition un peu par hasard et malgré lui, d’où sa fréquentation des couloirs du pouvoir et l’explication, avec les yeux doux, qu’il ne cesse de faire aux dirigeants actuels du pays. Sans succès, car il n’a aucune ” valeur ajoutée” ni éthique.

On n’est plus à l’heure des symboles comme pour l’UFDG et lui, aujourd’hui seuls les vrais athlètes politiques peuvent engranger les performances, alors qu’il ne peut pas courir, parce qu’il est “essoufflé avant même de prendre le départ, et seules les personnes ayant un ancrage social peuvent prospérer auprès d’électeurs qui ne sont plus dupes et se posent maintenant la question de savoir qui peut faire quoi.

Maréga, peux-tu dire à Dinguiraye ce qu’elle te doit, à ses citoyens ce que leur désormais ancien député par défaut et importé a fait pour eux, à part le discours de haine et de division pour opposer les communautés ?

Oublie Dinguiraye qui ne te connaît pas, ne veut pas de toi et ne se rappelle même plus de ton nom, toi qui est sorti du néant pour tomber dans l’abîme !

Le fameux Bocar Maréga qui ne roule que pour lui-même, calomnie L’UFDG et brocarde Cellou, peut-il prétendre battre campagne en leur faveur, qui plus est, dans une ville sans le moindre lien d’aucune nature avec lui, oú il n’a aucun poids politique (ne vous fiez pas à son physique de sumotori tropical à la retraite) ?

Oui, j’arrive à Dinguiraye parmi les miens, oú je suis né, où ma famille m’attend, pendant que celle d’autres….

Chez nous, chacun connaît l’autre, justement, jusque dans les familles. Ceux qui n’auraient plus de mémoire ou auraient oublié leur propre histoire et celle de leurs familles, trouveront toujours dans la société des personnes pour le leur rappeler, afin qu’ils ne se trompent pas et ne trompent pas.

un certain Bocar Maréga, député déchu et éternel candidat à un maroquin ministériel, j’y reviendrai, sollicité parfois au nom de Dinguiraye que je n’ai pas en partage avec cet imposteur qui a peur d’être démasqué pour toujours et déconstruit dans son mythe politique trompeur.

C’est pourquoi il panique et se donne en spectacle, aux yeux d’une cité pleine de mépris et de dégoût á son encontre, pour prouver quoi à qui ou pour se faire plaire de qui ?

Rendez-vous sur le terrain, oú il n’existe pas et compte sur un vote automatique et grégaire contre un vote utile, pour entretenir l’illusion de son influence supposée. Il voudrait aussi pour sauver la face se réfugier derrière l’ implantation historique de l’UFDG qui, avec ou sans lui, a ses électeurs, mais en perd chaque jour à cause de ses limites et casseroles pour le bonheur du camp présidentiel conquérant et confiant dans ses capacités à relever le défi.

Dommage pour l’UFDG qui n’a toujours pas compris que chaque fois son malheur à Dinguiraye viendra de Bocar Maréga et consorts, tandis que le RPG, lui, en portant son choix sur un fils du terroir, connu de tous et qui n’a pas de problème d’identité et de personnalité, encore moins de conflits avec la société, ira de victoire en victoire.

Eh oui, à Dinguiraye, tout est question de famille et d’histoire ! Tant pis pour Bocar Maréga ….!

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.