Il s’est passé aux départements de l’Economie et des Finances et du Budget une manifestation inédite des travailleurs ou j’allais dire de fonctionnaire véreux qui réclamaient indument des bus pour leur transport de chez eux à leur lieu de travail.

La manifestation est inédite en ce sens où nulle part dans nos lois régissant le statut des fonctionnaires il est prévu que l’Etat doit acheter des bus pour le transport des fonctionnaires. La preuve est qu’il y a bien d’autres départements qui n’en ont même pas. Que dire d’ailleurs de ces milliers de fonctionnaires en exercice dans nos préfectures ?

La manifestation est aussi inédite parce qu’elle passe sous silence de véritables problèmes de fonds dans ce dossier.

1.         Elle laisse croire que les vraies coupables sont les deux Ministres, qui ne sont en poste que depuis 6 mois environ, alors que ces dossiers trainent dans les couloirs de ces Ministères depuis plus de deux ans. Pire encore, les manifestants disent avoir honte de voir que certains ministères non économiques avec des bus plus confortables et tout neuf. Pourtant ils ont accepté d’acheté des bus d’occasion hors de prix.

  1. Il faut également noter que les contrats affairant à ces bus ont été négociés dans des conditions de flou aux yeux et su de tous, y compris ces syndicalistes qui sortent aujourd’hui manifester. Les contrats sont non seulement surfacturés, mais ils violent en plus les conditions basiques d’attributions de marchés comme le démontre l’audit commandé par la Ministre de l’Economie et des Finances. Pour rappel, après un premier appel d’offre rendu infructueux, les autorités à l’époque ont procédés par attribution direct de l’achat de ces deux bus au fils d’un des anciens directeurs du Ministère. Dans ces conditions, toute autorité consciente de l’amélioration de la gouvernance des finances publiques se réserverait de signer un tel contrat. C’est ce qu’on fait les ministres sur qui on jette aujourd’hui l’opprobre.
  2. Par ailleurs, ceux-ci (ministres) n’ont pas dit qu’ils n’achèteraient pas de bus à leurs cadres mais ils voudraient le faire dans des conditions légales et respectueuses du marché. C’est pourquoi ils sont allés jusqu’à demander de rencontrer les syndicats le 13 juin dernier pour leur expliquer leurs positions par rapport à ce dossier frauduleux. Compte tenu de l’urgence, qui est de soulager la peine des cadres, ils ont accepté de procéder par procédure accélérer afin de trouver une solution rapide à ce problème. C’est ainsi qu’ils instruiront leurs responsables de passation des marchés respectifs d’apporter 3 factures pro-forma pour la commande de 2 bus afin de choisir le moins disant. Cette proposition a d’ailleurs été saluée et applaudie par le syndicat lors de cette rencontre.

Il est donc paradoxal de constater que le syndicat qui était autour de la table de discussion il y a quelques jours refuse maintenant cette main tendu en préférant plutôt trouver sa solution dans une manifestation de rue. Ou était le syndicat lorsque ces contrats se montaient ? Pourquoi n’a t’il pas réagit ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce dossier a l’odeur d’une manipulation intelligemment monté car en réalité, ce qui est en cause, c’est les intérêts de tous ceux qui devaient jouir des éclaboussures de ce contrat une fois signé. Et n’ayant pas pu amener les ministres à signer ce contrat, les filous concernés procèdent par instrumentalisation des syndicats pour mener leurs mauvaises pratiques. La vérité est que les ministères de l’économie et des finances et du budget ne sont plus ces lieux de jouissance financière ou l’on pouvait honteusement jouir des fonds de l’état comme auparavant. Les robinets étant en phase de tarissement, du moins pour les dépenses indues, ce sont par les contrats comme celui ci que l’on cherche à présent à raquettes l’état.

Nos ministres ont tout notre soutien et s’il le faut, nous œuvrerons à leurs côtés pour mettre un terme à cet enfantillage. Faut-il rappeler que ces mêmes cadres des deux ministères réclament aussi des primes pour les décès, mariages, baptêmes, des parapluies et même de la viande pour la fête de Ramadan… Voire même pour aller se soigner à l’étranger pendant que des guinéens sont insatisfaits des services fournis dans nos hôpitaux. Vivement le projet de rajeunissement et de féminisation du Président de la République pour renvoyer ces voleurs aux cols blancs à la retraire dont ils ont pleinement droits !

Soumah Salif

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici